La particularité du festival Du Grain à démoudre : ce sont 30 jeunes de 12 à 25 ans qui le pensent, l’organisent, l’animent, élaborent sa programmation… La 20e édition se déroule jusqu’au 24 novembre à Gonfreville-l’Orcher, au Havre, à Montivilliers et à Harfeur. Kevin Morvan faisait partie du groupe dès la création de cet événement cinématographique.

Pas question pour Kevin Morvan de manquer une édition. Chaque année, il s’octroie une semaine de vacances pour assister au Grain à démoudre. Il a certes dépassé la limite d’âge mais il reste bénévole au sein de la structure. Durant cet événement cinématographique, il vient prêter main forte au groupe de jeunes qui organise, se nourrir d’une programmation singulière et retrouver quelques connaissances.

Kevin Morvan était déjà là lors de la première édition du Grain à démoudre en 1999. Il avait 12 ans. « J’ai intégré la structure comme on commence une activité sportive. À l’école primaire, on allait déjà voir des films et on devait en parler. Cela a commence à développer mon esprit critique ». Kevin Morvan s’est forgé une sacré culture cinématographique. « Je n’ai pas un style de prédilection. Je trouve mon compte dans tous les genres ».

Débattre et convaincre

Le festival Du Grain à démoudre a été pour Kevin Morvan « une très bonne école. Il m’a aidé dans différents domaines. Je n’ai aucune difficulté à m’exprimer. Quand on parlait de la sélection des films, il fallait savoir défendre son point de vue, expliquer pourquoi on choisissait ce film-là et pas un autre ». Le cinéphile a gardé d’excellents souvenirs de ces moments d’échange lors des diverses réunions et des universités. « Pendant une semaine, nous étions tous ensemble pour visionner les films, prendre des notes, débattre… C’était très formateur ». Il n’a pas oublié non plus les rencontres avec des professionnels du cinéma, les visites dans des studios de doublage… « Tout cela m’a permis de mieux comprendre les nombreuses étapes de la fabrication d’un film ».

Et le moment très attendu, c’était bien évidemment le festival. « Quels moments magiques ! J’ai beaucoup aimé, notamment la nuit des courts métrages. On s’amusait à créer des petites mises en scène. Les cérémonies d’ouverture et de clôture sont des instants forts. C’est là que l’on voit le chemin que l’on parcourt. Nous ne sommes jamais seuls. Il y a William et Éloïse qui font en sorte que les envies deviennent du domaine du possible ».

Kevin Morvan

30 jeunes de 12 à 25 ans ont piloté cette 20e édition du Grain à démoudre qui se tient jusqu’au 24 novembre à Gonfreville-l’Orcher. Au programme : des journées en famille, une soirée du court métrage, une compétition avec 10 films sur l’amitié, la relation entre père et fils, le pouvoir de la musique, sur les rêves et les espoirs…

Infos pratiques

  • Jusqu’au 24 novembre à l’espace culturel de la Pointe de Caux à Gonfreville-l’Orcher, au Sirius, au Studio et aux Docks Vauban au Havre, aux Arts à Montivilliers et à La Forge à Harfleur
  • Programme complet sur www.dugrainademoudre.net