Maddy Street : « Shrek is a lesbian »

photo : DR

Maddy Street, « chanteur.euse et vidéaste franco-anglais », est en train de marquer les esprits non seulement par son parcours musical mais aussi par son engagement pour la reconnaissance des identités non-binaires. L’artiste a accompagné des collégiens eurois dans l’écriture et la composition. Le groupe se produira dimanche 9 juin au festival Ça sonne à la porte à Grossœuvre.

Tous en chœur

Ses compositions à la dualité linguistique et culturelle lui permettent de toucher un large public et de se démarquer sur la scène musicale actuelle. L’affirmation de son identité non-binaire a suscité des réactions diverses, allant de l’admiration au rejet. Néanmoins, Maddy Street continue de faire entendre sa voix avec détermination. Son message de tolérance et de respect trouve un écho particulier auprès des jeunes générations, sensibles aux questions de genre et de diversité.

Maddy et son producteur Saïsama sont venus lors de cette année scolaire travailler avec les classes Choral de deux collèges du département de l’Eure. Prolongement concret d’un projet éducatif autour du vivre ensemble, de la tolérance et du respect de chacun, deux chansons ont ainsi été écrites et composées. L’une sur le thème de l’égalité entre les hommes et les femmes et l’autre sur le respect. Un travail collaboratif d’une grande richesse avec tous les élèves. 

« Avant de vivre de ma musique j’étais prof d’anglais extra-scolaire. Avec les collégiens, le lien s’est fait rapidement, au travers de la musique et de l’apprentissage. Je n’ai pas eu besoin de faire beaucoup de pédagogie, ils ont vu le clip Merlin (dans lequel elle s’imagine dans le corps et dans la tête de Merlin, le prénom que lui auraient attribué ses parents si elle était née dans un corps de garçon, ndlr). Le travail s’est fait de façon collaborative, un groupe écrivait, puis il y a eu le choix de la mélodie et de la construction de la chanson. Les deux hits seront interprétés lors du festival Ça sonne à la porte. Je les accompagnerai, avant de jouer le soir. Je voulais garder l’esprit de concert, avec la même énergie ». Pas moins de 700 enfants seront sur scène dimanche à Grossœuvre.

Un artiste engagé

Au-delà de sa carrière musicale, Maddy Street est également une figure importante pour la communauté LGBTQ+. En revendiquant sa non-binarité, iel remet en question les normes et les attentes sociétales liées au genre. Son engagement est palpable non seulement dans ses interviews mais aussi dans ses chansons où iel aborde des thèmes tels que l’acceptation de soi et la diversité des identités. Iel ne manque pas une occasion de placer son hymne Shrek is a lesbian, une référence à la culture queer qui revendique ce héros, comme étant gay.

Maddy Street participe à des conférences, des tables rondes et des événements dédiés aux droits des personnes LGBTQ+, utilisant sa notoriété pour sensibiliser le public. Son engagement fait d’iel une figure de proue dans la lutte pour l’égalité des genres dans le domaine musical. « Rainbow Rushes est un collectif de production, dans lequel on peut retrouver des créateurs Queer et LGBTQ+, un endroit secure et safe qui nous permet de nous épanouir sans avoir à se justifier. On se comprend pleinement, on a les mêmes problèmes, les mêmes ressentis… »

Dans un monde en quête de repères, Maddy Street offre un message d’espoir et de liberté, inspirant ceux qui, comme iel, refusent de se laisser enfermer dans des cases préétablies. Maddy est une voix pour les sans-voix, un.e artiste qui utilise sa plateforme pour promouvoir l’acceptation et la diversité. En bousculant les codes, Maddy Street prouve que la musique peut être un vecteur puissant de changement social. Son cheminement personnel et artistique est une invitation à repenser les perceptions du genre et à célébrer la richesse de la diversité humaine. 

Un prochain EP est attendu à la rentrée où Maddy explore une pop frontale très énergique, bien que sensible. « C’est l’énergie de la scène qui me pousse à écrire de cette manière »

Infos pratiques

Dimanche 9 juin à partir de 15 heures au festival Ça sonne à la porte à Grossœuvre – Gratuit

En tournée en région

  • Vendredi 21 juin à l’Abbaye aux Dames, Caen
  • Mercredi 3 juillet au festival Beauregard, Hérouville-Saint-Clair
  • Jeudi 11 juillet aux terrasses du jeudi, Rouen
  • Dimanche 14 juillet au festival Chauffer dans la noirceur, Montmartin-sur-Mer
  • Jeudi 18 juillet au festival Les Pluies de juillet, à Tanu
  • Samedi 7 septembre au festival Rock in the Barn, Vernon