Une trentaine de courts métrages sont à l’affiche d’Eurydice. Le festival qui ne cesse de grandir se tient désormais dans trois villes, Fécamp, Saint-Léonard et Yport, et pendant cinq jours, du 6 au 10 novembre en présence de réalisateurs et réalisatrices.

Ils ont une passion, le cinéma, et la partage. Les membres d’Eurydice proposent pour la huitième année consécutive de découvrir une sélection de courts métrages. « Ce n’est évident d’en voir. Ce que j’aime, c’est la diversité des formes et des propos. Lors d’une séance, on ne s’ennuie jamais parce qu’aucun film ne se ressemble ». L’autre particularité du court métrage : « une grande liberté d’expression. Comme le film se fait le plus souvent avec les moyens du bord, il faut donc être inventif, tester ».

Lors de la nouvelle édition du festival Eurydice, Josselin Dubocage, président de l’association, et ses acolytes ont sélectionné 19 films pour la compétition nationale, 5 pour la compétition jeunes réalisateurs et 10 projetés hors compétition. Soit 34 courts métrages sur les 800 reçus cette année. « Nous veillons à ce que tous les genres soient représentés. Comme le drame, la comédie, la science fiction, le film historique. Nous voulons faire d’Eurydice un festival grand public. Cette année, la thématique du nucléaire est assez présente avec un retour sur les essais effectués en Algérie pendant la guerre ou un récit de vie à Fukushima après la catastrophe ».

Réaliser en 48 ou 72 heures

Le Kino fait son retour. Le principe : participer au tournage d’un film entre le 7 et 10 novembre en tant que réalisateur, technicien ou comédien. Eurydice se charge de former les équipes, d’imposer un genre, un lieu et un objet. Chacune a 48 heures ou 72 heures pour créer une œuvre.

L’association Eurydice accompagne aussi de jeunes réalisateurs et réalisatrices. « Cela a toujours été une volonté. Nous avons lancé Eurydice alors que nous avions 20 ans. Nous nous sommes fait tout seuls. Aujourd’hui, nous avons plus d’expérience et souhaitons la transmettre ». C’est le scénario de Marie-Stéphane Cattanéo qui a été retenu. Tourné à Paris, Fécamp et Les Petites Dalles, Célestine ouvrira la 8e édition d’Eurydice vendredi 8 novembre au cinéma Le Grand Large.

Infos pratiques

  • Mercredi 6 novembre à 20h45 à la chapelle de Grainval à Saint-Léonard : programme Made in Normandy
  • Jeudi 7 novembre à 20h45 à l’espace Alain-Mutel à Yport : carte blanche au festival de Clermont-Ferrand
  • Vendredi 8 novembre au cinéma Le Grand Large à Fécamp : concert de Martin Sixt à 19h30 et compétition nationale partie 1 à 20h30
  • Samedi 9 novembre au cinéma Le Grand Large à Fécamp : concert de Just Alone à 18 heures, compétition nationale partie 2 à 19 heures, concert de Hank à 20h30 et compétition nationale partie 3 à 21h30
  • Dimanche 10 novembre au cinéma Le Grand Large à Fécamp : compétition nationale partie 4 à 10h30, concert Hayden à 12h30, compétition jeunes réalisateurs à 14h30, KINO à 16 heures, palmarès à 17 heures et projection du palmarès à 17h30
  • Programmation complète sur www.festivaleurydice.fr