"Claude Monet peignant à l'orée d'un bois", John Singer Sargent, 1885  © Tale Londres 2014

« Claude Monet peignant à l’orée d’un bois »,
John Singer Sargent, 1885
© Tale Londres 2014

Le musée des impressionismes de Giverny a 5 ans. Ex-musée d’art américain fondé par la Terra Foundation, il évoque chaque saison un courant pictural majeur dans sa grande diversité. Retour sur l’histoire de ce musée avec le directeur Diego Candil.

 

 

 

 

 

 

 

Est-ce que 5 ans est un bel âge pour un musée ?

Il est vrai que l’âge muséal est très lent, très long. Cependant, le musée fonctionne et cet âge permet de voir ce que le musée est aujourd’hui, ce qu’il peut être demain. Nous le voyons grandir.

 

Le musée a accueilli 180 000 visiteurs la saison dernière. Un bilan satisfaisant ?

Oui, nous allons recevoir cette année notre premier millionième visiteur. C’est presque inespéré. Quand nous avons créé le musée, nous ne pensions pas qu’il aurait un tel succès.

 

Qui vient au musée des impressionnismes ?

Il y a des publics différents. Nous avons les fidèles : ceux qui viennent voir deux ou trois fois une même expo ou reviennent cinq ou six fois durant l’année. Ce sont des personnes proches géographiquement du musée. Il y a ce que j’appelle les grands locaux : les Franciliens et les Normands. Lors de la sortie du week-end, ils prennent le risque de découvrir l’exposition du moment. Ils sont les plus nombreux : plusieurs dizaines de milliers. Les visiteurs sont enfin des étrangers qui viennent parce que le musée se situe à Giverny, non loin de la maison et des jardins de Monet, ou aux portes de la Normandie. Donc, il est naturel de s’arrêter ici. D’autres ont été interpelés par un projet d’exposition. Je me souviens d’un homme qui est venu passer une semaine au musée lors de l’expo Joan Mitchell. Il m’a expliqué que cette artiste lui avait donné envie de devenir peintre… Cela reste rarissime.

 

Ce musée très jeune a cependant une longue histoire. Il arrive dans la continuité du musée d’art américain.

Nous n’aurions jamais pu ouvrir si nous n’avions pas pu capitaliser sur l’histoire du musée. Ce qui permet de développer des trésors d’imagination et de convaincre autrement les prêteurs.

 

Le terme impressionnismes n’est-il pas trop réducteur ?

Non, nous avons choisi le pluriel. L’impressionnisme, en tant que terme, est une mouvance artistique, comme le naturalisme, le symbolisme… Il est essentiel de le traiter pour le clarifier. Degas est-il un impressionniste ou pas ? Dans l’imaginaire commun, un impressionniste travaille en plein air. Or, Degas a peint uniquement en atelier. Pourtant, on dit qu’il est un impressionniste. Il est également nécessaire de montrer à quel point les choses sont liées entre elles.

 

Pour cette cinquième saison, vous revenez sur les peintres américains. Est-ce un hasard ?

L’exposition s’intitule L’Impressionnisme et les Américains. C’est un joli clin d’œil au passé. Cette exposition évoquera la naissance et la création de l’impressionnisme américain. Sargent, Whistler en sont les précurseurs.

 

 

La prochaine exposition

Un anniversaire

  • 13 avril : Journée évoquant les 140 ans de la première exposition impressionniste à Paris.
  • Du 1er au 4 mai : différentes animations au musée : ateliers pour enfants, parcours dans la prairie retraçant les 5 années d’exposition, visites guidées…