Avec les Murmures Machines, les Vibrants Défricheurs ont imaginé une promenade aux pays des sons. Pour voyager, ils possèdent un orchestre fabuleux et interprètent une musique ludique. À voir et à écouter dimanche 15 décembre à la salle Michel-Vallery à Montivilliers pendant le festival Ad Hoc.

Denis Brély est un musicien — il joue du basson — et aussi un drôle de bricoleur. Avec lui, les objets du quotidien, jouets mécanisés et autres accessoires se transforment en instruments de musique. Au fil des années, il a constitué un orchestre improbable. Le compositeur et pianiste Antoine Berland connaît très bien toutes ces machines sonores. En fait, ces deux-là appartiennent à la même famille. Denis Brély est l’oncle d’Antoine Berland. Le premier n’est pas pour rien dans le choix de carrière du second. 

Voilà ces deux Vibrants Défricheurs réunis autour des Murmures Machines, titre du concert qu’ils proposent dimanche 15 décembre à la salle Michel-Vallery à Montivilliers lors du festival Ad Hoc. Sur scène : deux musiciens et une soixantaine d’instruments comme un orgue avec ses 60 tuyaux, un basson, des casseroles, un violon, des coucous, des cloches, des castagnettes, des boîtes à meuh ou encore la boîte à mouette. Avec eux, tout virevolte, claque, frappe, vibre et résonne pour faire entendre une musique très ludique et mélodieuse, proche d’une bande originale d’un dessin animé.

Des sons et des voix

Face à cet orchestre, Denis Brély et Antoine Berland démontrent qu’il est possible de faire de la musique avec tout. « C’est l’intérêt de cette recherche. Il n’y a pas de hiérarchie entre les sons, juste les notes et les fréquences », remarque le pianiste. Les deux Vibrants Défricheurs se sont partagés les tâches. À l’un, la construction de l’orchestre et la programmation des machines, à l’autre, l’écriture de la partition. 

« Avant de composer, j’ai pris beaucoup de temps à écouter les machines. Comme pour un instrument, en fait. On connaît la sonorité d’un instrument classique mais il reste toujours des terrains à défricher. Je pense qu’il est important de rester ouvert aux sonorités que l’on ne connaît pas. Ce fut un bonheur de travailler avec ces machines. Elles sont magiques. Mais ce fut aussi un vrai casse-tête ».

À la musique des machines, Antoine Berland a mêlé les des voix de Chine, d’Indonésie, du Burkina Faso.… Celles qu’ils enregistrent depuis de nombreuses années lors de ses voyages pour dépeindre des portraits sonores. Murmures Machines est une symphonie sonore et visuelle pour deux musiciens très complices.

Infos pratiques

  • Dimanche 15 décembre à 10h30 à la salle Michel-Vallery à Montivilliers.
  • Concert tout public à partir de 6 ans
  • Tarif : 5 €.
  • Réservation au 02 35 19 10 20 ou sur www.levolcan.com
  • Programme complet du festival Ad Hoc sur www.adhocfestival.com