La chanson est le fil rouge de la nouvelle édition du festival de musique ancienne. Du 23 au 27 août, à Arques-la-Bataille et ses environs, elle permettra une traversée de quatre siècles.

 

jeanpaulcombetC’est la chanson qui est à l’honneur pendant le festival de musique ancienne de l’Académie Bach. La chanson comme un véhicule de la mémoire du Moyen-Âge jusqu’au début du XXe siècle parce qu’elle marque des instants de la vie, heureux ou malheureux, des événements historiques.

 

Qui écrivait ? « Tout le monde » répond Jean-Paul Combet, directeur de l’Académie Bach. « Il y a des anonymes dont on a perdu la trace et des musiciens savants ». Quels thèmes étaient abordés ? « C’est le reflet des préoccupations du moment. On parle de politique, d’amour, de spiritualité. La chanson a été un vecteur de la contestation pendant la fronde, la Commune ou la seconde Guerre mondiale. C’était un moyen de faire circuler les idées et d’échapper à la censure. Les chansons se transmettaient de bouche à oreille ou sur des feuilles volantes ». Quand chantait-on ? « Tout le temps. La chanson est le genre le plus partagé. On chantait lorsque l’on travaillait pour donner une cadence, au moment de retrouvailles… Aujourd’hui, cette pratique est remplacée par l’écoute ».

 

On va donc écouter des chansons au festival de musique ancienne du 23 au 27 août à Arques-la-Bataille et ses environs. Mais n’importe lesquelles. « Il est impossible d’offrir un panorama complet de la chanson. Nous avons choisi des programmes qui mettent en valeur les interactions entre la musique savante et populaire. Cela fait seulement un siècle et demi qu’existe cette distinction », remarque Jean-Paul Combet. Des chansons de trouvères ont été reprises par des musiciens juifs, comme le montre Alla Francesca avec Au Roi des kéroubims. Les Musiciens de Saint-Julien reprennent le répertoire d’Yvette Guilbert qui a interprété, au début du XXe siècle, des chansons anciennes issues des airs de cour. Le cycle d’orgue également consacré aux compositions inspirées par des chansons.

 

 

Le programme du festival de musique ancienne

Mardi 23 août

  • A 19h30 en l’église de Varengeville-sur-Mer : Le Concert des planètes
  • A 22 heures en l’église d’Hautot-sur-Mer : Alla Francesca

Mercredi 24 août

  • A 11 heures en l’église d’Arques-la-Bataille : Jean-Baptiste Monnot
  • A 20 heures en l’église d’Arques-la-Bataille : L’Armée des Romantiques
  • A 22 heures à la salle des fêtes de Martin-Église : Les Musiciens de Saint-Julien

Jeudi 25 août

  • A 11 heures en l’église Saint-Rémy à Dieppe : Benjamin Alard
  • A 16 heures au presbytère à Arques-la-Bataille : conférence sur « Froberger et l’Europe musicale du XVIIe siècle »
  • A 19 heures et 22 heures à Arques-la-Bataille : Nuit Froberger

Vendredi 26 août

  • A 11 heures en l’église d’Arques-la-Bataille : Etienne Baillot
  • A 20 heures à Dieppe Maritime Innovation à Dieppe : La Clique des Lunaisiens
  • A 22 heures en l’église d’Arques-la-Bataille : l’ensemble Voca Me

Samedi 27 août

  • A 11 heures en l’église d’Arques-la-Bataille : Gaël Liardon
  • A 14 heures au presbytère à Arques-la-Bataille : rencontre avec Gaël Liardon
  • A 20 heures en l’église d’Arques-la-Bataille : Vox Luminis
  • A 22 heures en l’église d’Arques-la-Bataille : Yann-Fañch Kemener et Aldo Ripoche

 

Infos pratiques

  • Tarifs : 16 €, 9 €, gratuit pour les moins de 18 ans. Réservation au 02 35 04 30 75 ou sur www.academie-bach.fr
  • Entrée gratuite pour les matinales de 11 heures et les conférences