Dans André, ce soir à la Maison de l’Université de Mont-Saint-Aignan, Marie Rémond dresse le portrait d’un sportif de haut niveau. Agassi, tennisman américain à la frappe puissante, a été numéro un mondial après avoir remporté les tournois les plus prestigieux. Seulement, il a détesté le tennis qui a été pour lui synonyme de pression, de doutes. Pendant toutes ces années de gloire, il s’est tu, a oublié ses désirs pour un sport qu’il n’a pas choisi.

Sans être une passionnée de tennis, Marie Rémond a certes regardé des matches du tournoi de Roland Garros mais elle a surtout été touchée par l’histoire de cet homme. Elle a trouvé des échos à ses interrogations sur la liberté et sur cette pression que chacun peut subir. Pour écrire ce spectacle, elle a pioché dans les écrits d’André Agassi, découvert la souffrance d’un homme. Elle qui s’est longtemps questionnée sur ce qui pouvait traverser dans la tête d’un sportif au moment de l’effort.

Dans cette pièce, André,  Marie Rémond revient sur ce parcours extraordinaire tout en détricotant ce système qui colle une terrible pression et fait fi des choix des êtres humains. Elle a également travaillé sur « l’écart entre ce qu’on projette sur une personne et le monologue intérieur de celle-ci ». André devient alors un personnage dans une tragédie de la vie quotidienne où les craintes alternent avec les doutes et les contradictions.

 

  • Mardi 28 mai à 20 heures à la Maison de l’Université, place Emile-Blondel à Mont-Saint-Aignan.
  • Spectacle à partir de 10 ans
  • Tarifs : 9 €, 5 €. Réservations au 02 35 03 29 78.