Jonathan Gérard | Horlogerie, un savoir-faire au féminin

18 Sep 20 Déc

Au sein du musée de l’horlogerie, des visages de femmes se rencontrent en nombre important sur les photographies qui ont traversées le temps. Elles apparaissent dès le début du XXe siècle derrière des machines à tailler et sur les premières chaines de montages des « réveils Bayard ». Et ce sont toujours des femmes, plus nombreuses, qui occupent ces postes dans l’usine au cœur des Trente Glorieuses. Entre temps, leurs mains habiles ont contribué à l’effort de guerre durant la Première Guerre mondiale en façonnant fusées d’obus et douilles dans les établissements Couaillet. Afin de voir ce qu’il en est aujourd’hui des femmes dans la mécanique, le musée a collaboré avec Jonathan Gérard, photographe rouennais. Chaleureusement accueilli au sein de la SUM, entreprise local de mécanique de précision, il a pu photographier les femmes et les hommes derrière les machines. Ses photos sont visibles dans différentes salles du musée.

musée de l’horlogerie

48, rue Edouard Cannevel
Saint-Nicolas-d’Aliermont, 76510