C’est La Comédie musiculte. Avec ce spectacle, mis en scène par Pierre-François Martin-Laval (PEF), ex-Robin des Bois, Airnadette crée la première air comédie musicale. C’est bluffant et complètement déjanté. Airnadette joue jeudi 5 février au théâtre Charles-Dullin à Grand-Quevilly et jeudi 21 mai au théâtre de l’Hôtel de ville au Havre.

 

photo Seb Gosset

photo Seb Gosset

L’air guitare, c’est mimer tous les gestes d’un guitariste sans avoir l’instrument entre les mains. Sylvain Quimène connaît « sur le bout des doigts » cette pratique surprenante puisqu’il a été double champion du monde. Comme il ne pouvait cesser cette passion, il l’a développée jusqu’à former un groupe, Airnadette, et un spectacle, La Comédie musiculte.

 

Un vrai groupe avec de faux musiciens mais des comédiens carburant à l’audace, à la fantaisie. Un vrai spectacle avec des dialogues piochés dans les tubes les plus connus de la chanson française, dans les extraits de scènes cultes du cinéma et d’émissions de radio ou télévision. « C’est une forme d’hommage au ciné et à la culture pop ».

 

Tout cela pour raconter l’histoire très rock’n’roll de cette troupe de déjantés qui tente de devenir un groupe de musique, sous les yeux d’un manager désespéré. Dans La Comédie musiculte, les 6 vrais comédiens-faux musiciens usent, abusent du playback et s’en amusent. « C’est réglé comme du papier à musique. Toute la prouesse est là : il faut faire oublier la bande son. Le travail d’écriture a tout d’abord été très long, environ neuf mois. On a vu 400 films, écouté 150 extraits de chanson… Puis nous avons travaillé avec PEF pour la mise en scène pendant 4 mois ».

 

 

Dans Airnadette, Sylvain Quimène devient Gunther Love, sorte d’illuminé, un peu nerveux, avec un costume doré et moulant qui allait formidablement aux patineurs des années 1970. « J’assume mon côté Freddy Mercury. Mais, j’en ai un peu marre de me faire racoler dans la rue ». Gunther Love est entouré de Scotch Brit, une jeune fille fan de Britney Spears qui rêve d’être une star. Château Brutal ne se remet toujours pas du seul événement musical à ses yeux, un concert de Led Zeppelin. Quant à Jean-Françoise, c’est une grande dépressive admirant Céline Dion. M-Rodz se voit à New York et dans des groupes de hip-hop. Moche Pitt, un dandy anglais, est amoureux de Scotch Brit qui aime Gunther Love… Rien n’est simple dans La Comédie musiculte, un véritable ovni théâtrale et musical.

 

 

  • Jeudi 5 février à 20 heures au théâtre Charles-Dullin à Grand-Quevilly. Tarifs : de 19 à 11 €. Réservation au 02 35 68 48 91 ou sur www.dullin-voltaire.com
  • Jeudi 21 mai à 20h30 au théâtre de l’Hôtel de ville au Havre. Tarifs : de 26 à 10 €. Réservation au 02 35 19 45 74 ou à billetterie-théâtre@lehavre.fr