L’événement Beau geste change. Pour cette nouvelle édition, baptisée Label éKlectiK, samedi 4 mars à l’Arsenal à Val-de-Reuil, Dominique Boivin a programmé une série de spectacles courts.

 

L’événement Beau geste, c’était jusqu’alors un croisement entre les danseurs professionnels et amateurs. Pour cette nouvelle édition, samedi 4 mars à l’Arsenal à Val-de-Reuil, Dominique Boivin, co-directeur, ouvre un cabaret bien singulier. Au menu de cette soirée : des formes artistiques courtes. « Ce peut être des étapes de travail ou des spectacles terminés. Mon objectif est de présenter des créations remarquables. Remarquable dans le sens où elles peuvent transmettre avec modestie et virtuosité. C’est aussi une occasion de faire voir les corps dans différents états et disciplines« .

 

Danseur et chorégraphe, Dominique Boivin a en effet vu son art évolué depuis les années 1980. « A partir de cette décennie, les artistes sont allés prendre des sources, surtout en dehors de la danse. Cela m’est resté. On portait un regard sur des corps qui n’étaient forcément virtuoses mais dégageaient une poésie. Sur scène, ils sont habités, traversés, éveillés par d’autres disciplines artistiques« .

 

Lors de cette soirée Label éKlectiK, la danse se mêle au théâtre, au cirque, à la musique… Après une première expérience avec Claire Diterzi, Dominique Boivin se remet à la chanson. C’est lui qui lance le cabaret. Quant à Philippe Priasso, danseur de la compagnie Beau geste, il reprend le solo écrit par Dominique Boivin dans les années 1990 et fait un strip-tease original. « Le nu ne m’a jamais intéressé. L’aborder est devenu passionnant », se souvient le chorégraphe. Suivront la compagnie Après Minuit des facétieuses Brigitte Seth et Roser Montllo Guberna, Claire Jau. Nelson Vard, chanteur rouennais qui a fait un passage à la Nouvelle Star, est aussi à l’affiche. « Il joue des musiques que j’adore. Il a flirté avec la télévision mais il n’est pas du tout de ce circuit. Je trouve qu’il y a chez lui une véritable densité« , confie Dominique Boivin. Il sera sur scène avec Maxime, un danseur de hip-hop. « J’ai eu envie de réunir des artistes qui n’auraient jamais bavardé ensemble« . Un véritable cabaret comme le reflet de la création contemporaine.

 

  • Samedi 4 mars à 20 heures à l’Arsenal à 20 heures. Entrée libre. Réservation au 02 32 40 70 40 ou sur www.theatredelarsenal.fr