Au Cirque-théâtre à Elbeuf : danse et musique en “Echos”

par | 30 mars 2015 | Danse

Echos, interprété par les personnes de La Clérette à Canteleu, a été créé les 27 et 28 mars au Cirque-théâtre d’Elbeuf. Ce spectacle est le fruit d’une étroite collaboration et de deux ans de travail.

 

EchosIl y a tout d’abord eu la volonté d’aller au delà des ateliers quotidiens. Gilles Fontenay et Alban Dumesnil sont animateurs au centre d’accueil de jour La Clérette à Canteleu. Le premier conduit les ateliers cirque, le second les ateliers musique. Ensemble, ils ont émis l’envie de proposer une création artistique aux adultes handicapés sans être « un spectacle de kermesse ».

 

La présentation d’Echos a été possible grâce à la collaboration de La Clérette, du Kalif, de la compagnie Vice-Versa et du Cirque-théâtre d’Elbeuf pendant deux ans. Le Kalif à Rouen où les dix artistes d’Echos ont participé à des cours d’éveil musical. « Pendant la moitié d’une année, nous avons appris à faire connaissance, nous les avons aidés à trouver l’instrument avec lequel ils étaient à l’aise. Après l’initiation, nous avons commencé à jouer en groupe, à utiliser un langage commun autour de différents rythmes », explique Aurélien. La composition de la musique d’Echos et les répétitions sont venues plus tard.

 

Luc Moka, danseur et chorégraphe de la compagnie Vice Versa, a écrit la chorégraphie d’Echos. Lui qui mène diverses expériences dans l’art-thérapie a travaillé sur « l’échange de regard, l’écoute, la vitesse », transmis des « outils chorégraphiques », des supports afin qu’ils « laissent aller leur imaginaire. Comme dans la danse contemporaine. On donne une liberté avec des contraintes ».

 

Echos est une suite chorégraphiée de portés acrobatiques, de numéros d’équilibre et de jonglage, interprétée sur une musique percussive. Pour Gilles Fontenay et Alban Dumesnil, « Le chemin pour parvenir jusqu’à la création est magnifique. Tous se sont beaucoup investis dans le projet. Ce n’était pas facile parce que cela a engendré du stress. Leur emploi du temps était bouleversé et ils devaient se consacrer à une seule chose. C’est une belle aventure ».

À lire également

consectetur felis et, luctus libero nec suscipit libero