Le musée des impressionnismes à Giverny édifie un pont entre le Japon et la France. Avec cette nouvelle exposition, Hiramatsu, le bassin aux nymphéas. Hommage à Monet, visible jusqu’au 31 octobre, il fait découvrir non seulement un artiste reconnu dans son pays, Hiramatsu Reiji mais aussi l’influence de l’art japonais sur les peintres français, dont Monet.

 

 

Existe-t-il des liens entre l’art japonais et la peinture occidentale ? Claude Monet n’est pas resté insensible à cette esthétique puisqu’il possédait une belle collection d’estampes japonaises, belles et délicates. Les impressionnistes se sont en effet laissés influencer par la lumière et une autre approche de l’espace qu’offrent ces œuvres.

 

A son tour, Hiramatsu Reiji, célèbre artiste japonais, a su s’imprégner des atmosphères se dégageant des toiles de Monet. Un travail qu’il découvre lors d’un premier voyage en France en 1994. Il reviendra sept fois et viendra sur les traces du maître à Giverny où il exécute des croquis des bassins aux nymphéas. « J’ai tenté de comprendre l’attirance qu’avait éprouvée Monet pour le japonisme depuis sa jeunesse, ainsi que le regard qu’il portait sur les choses. C’est avec liberté et avec un sentiment ludique que j’ai peint les nymphéas chers au goût japonisant de Monet ».

 

Cette exposition est un bain rafraichissant au milieu des nymphéas. Hiramatsu Reiji revisite ce motif avec une grande liberté sur de magnifiques paravents. Le travail du peintre japonais est saisissant par sa finesse, la richesse chromatique, le souci incroyable du détail. Pour l’exécuter, il s’est « inspiré de la peinture des grands maîtres du XVIIIe siècle ». Hiramatsu Reiji peint selon la technique traditionnelle du nihonga qui utilise des feuilles d’or et d’argent, des pigments naturels mélangé avec un liant, le nikawa, de l’encre de Chine. Chaque couche se superpose et un pigment peut être apposé si le précédent est sec. Le nihonga est donc l’art de la patience.

 

Dans ces œuvres, Hiramatsu Reiji est également resté fidèle à « l’esprit ludique des anciens » en ajoutant des papillons, des oiseaux, des grenouilles, « présents depuis le Moyen Age au Japon dans la peinture, la poésie et la littérature ». Sur un des étangs, Hiramatsu Reiji a peint une grenouille accrochée à un bâton. « Je suis cette grenouille et le me tiens sur ce modeste bâton comme devant l’œuvre de Claude Monet ». C’est un bel hommage.

 

  • Jusqu’au 31 octobre, tous les jours de 10 heures à 18 heures au musée des impressionnismes à Giverny.
  • Tarifs : 7 €, 4,50 € pour les 12-18 ans, 3 € pour les 7-11 ans, 3 € pour les personnes avec handicap, gratuit pour les enfants de moins de 7 ans et pour tous le premier dimanche de chaque mois

 

Visite guidée

  • Chaque dimanche à 14h30

 

Pour les enfants

  • Visite de l’exposition et atelier d’origami, de travail au pochoir, de calligraphie et d’estampe en août, septembre et octobre (Tarif : 8 €)

 

 

 

Pour les adultes

  • Initiation à la calligraphie japonaise le 17 juillet à 10h30,
  • Initiation à la peinture à l’encre de tradition japonaise le 17 juillet à 14h30 (Tarif : 12,50 €)
  • Démonstration de nihonga le 21 septembre à 15 heures et 16 heures (gratuit)
  • Initiation aux traditions japonsaises : cérémonie du thé le 5 octobre à 14h30 (gratuit)

 

Conférences

  • « Retour aux sources du japonisme » par Hiramatsu Reiji le 20 juillet à 15h30 (gratuit)
  • « L’estampe japonaise : fabrication, histoire et influence sur l’œuvre de Hiramatsu » le 14 septembre à 15h30 (gratuit)
  • « Japon et impressionnisme : peinture japonsaise moderne et collections de tableaux impressionnistes au Japon » le 22 septembre à 15h30 (gratuit)

 

plus d’infos sur www.mdig.fr