Bandit Bandit à Ouest Park

par | 23 octobre 2021 | Concert, Ouest Park Festival

Ouest Park se poursuit pendant tout le week-end avec notamment le duo électrique Bandit Bandit qui sera dimanche 24 octobre au Fort de Tourneville au Havre.

Ces deux-là sont allés puiser dans l’histoire des couples les plus mythiques. Leur reprise de Bonnie and Clyde de Serge Gainsbourg apparaît alors comme une évidence. Tant ils semblent proches de l’image fantasmée que l’on peut se faire de ces deux célèbres personnages. Ils ont leur rage, leur fougue, leur part d’insouciance, leur désinvolture, leur charme. Maeva Nicolas et Hugo Herleman forment Bandit Bandit. Un même mot répété pour le « côté catchy » et pour rappeler qu’ils sont deux. « Ce projet repose sur Hugo et moi ».

Un duo qui s’est au départ transformé en duel. Maeva Nicolas et Hugo Herleman ne s’en cachent pas. « Au début, nous avions des débats houleux. Il y avait peut-être des incompréhensions sur des sujets », explique le musicien. « Nous étions différents. Nous avions une vision opposée de la vie. Quand nous nous sommes rencontrés, j’étais un bébé. J’avais 20 ans. Au fur et à mesure, nous avons évolué et réussi à nous entendre », poursuit la chanteuse.

La musique les y a aidés. « Les titres du premier EP ont été cathartiques ». Le duo évoque tous ces Maux et ce besoin : « J’suis pressée de vivre ». « Nous vivions vite. Il y avait une sorte d’urgence. Nous ne prenions pas soin de nous. Nous ne pensions qu’à nous et c’était une erreur », confie Hugo Herleman. « « Nous étions dans l’autodestruction. La douleur était incontrôlable. On n’en voyait pas le bout », ajoute Maeva Nicolas.

« Sur le deuxième EP, nous avons ouvert le champ des possibles ». Bandit Bandit, en concert dimanche 24 octobre au Havre pendant Ouest Park, évoque l’amour, le désir avec tous ses tourments, le genre, les violences… « Il y a un thème qui traverse nos morceaux, c’est la liberté, au sens large ». Sans oublier « la notion d’humanisme. L’humain est toujours au centre, avec l’acceptation de soi et des autres ».

Pour composer leurs titres, Maeva Nicolas et Hugo Herleman ne se sont « jamais pris la tête. Maux a été écrit en une soirée. C’est plutôt instinctif. Après, il y a bien quelque retouches. Nous prenons un plaisir fou à travailler de cette manière ». Ces deux artistes sont aussi des amoureux de la langue française. L’une a beaucoup écouté Barbara, Brassens et Brel. « Ne me quitte pas, c’était en boucle. Cette chanson me fait vibrer ». L’autre s’est surtout laissé happer par les albums de Gainsbourg, Bashung… 

Ensemble, ils créent un univers sulfureux et sensuel, tendre et électrique, se jouent des clichés du rock, empruntent une esthétique aux années 1960 avec de multiples couleurs, même des paillettes. Leur musique ne peut s’opposer à l’image. « Bandit Bandit est plus qu’un groupe de musique, c’est un projet artistique. L’aspect cinématographique, on adore ça. Quand j’étais gamine, je regardais les clips sur YouTube », remarque Maeva Nicolas.

Désormais, le duo écrit la suite à ces deux EP, très remarqués. « Avec la crise sanitaire, nous avons changé de stratégie, indique Hugo Herleman. Nous avons raté tellement de rendez-vous importants. Nous ne pouvions faire autrement que de sortir deux EP. Nous avions trop de titres. Nous avons l’impression qu’ils correspondent au premier chapitre de notre histoire ». Le deuxième, ce sera l’album.

La programmation

  • Samedi 23 octobre : Tolvy, Deluxe, François Premiers, Moonya, Silly Boy Blue, Vladimir Cauchemar, Celeritas, Viagra Boys, Hervé, Ayo, Whispering Sons, Balthazar, Pink Flamingos
  • Dimanche 24 octobre : Piswana Orchestra, Képa, Bandit Bandit, Java, L’Oiseau rouge, C’est Karma, Celeritas, Moonya, Pink Flamingos

Infos pratiques

  • Au Fort de Tourneville au Havre
  • Tarifs : de 37 à 28 € une journée, 52 €, 44 € les deux jours, gratuit le dimanche

À lire également