Beethoven, toujours

par | 27 mai 2013 | Concert

Après trois représentations de Fidelio, voilà un programme en Clair et obscur lundi 27 mai au Théâtre des Arts à Rouen pour poursuivre l’exploration dans l’œuvre de Beethoven et le focus De l’Ombre à la lumière. C’est donc une nouvelle page que les musiciens de l’orchestre de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie ouvrent dans le répertoire du compositeur allemand.

« Beethoven, je l’aime de plus en plus en vieillissant », confie Tristan Benveniste, violoniste à l’initiative de ce concert. « Je suis issu d’une famille de mélomane. Petit, mon père me faisait écouter La Jeune Fille et la mort de Schubert toute la journée. Je pense que l’on peut apprécier Beethoven lorsque l’on vieillit. Avec ce compositeur, il ne suffit pas de ressentir la musique, il faut comprendre les choses. Il faut creuser. Rien n’est immédiat. Petit, on écoute Beethoven sans chercher à comprendre. Sauf si on est un enfant spécial. Moi, je n’étais pas spécial. Beethoven est davantage un compositeur salé. Il faut du temps pour prendre du plaisir. C’est comme un bon vin ».

Photo David Morganti

Photo David Morganti

Pour cette soirée, Tristan Benveniste a choisi un Quatuor Razumowsky. « C’est le premier des trois écrits par Beethoven et dédié au prince. Cette pièce est très bien écrite. Elle a certainement demandé un gros travail de composition. Pour nous, elle est géniale parce qu’elle reste très intéressante à travailler et à jouer ». Intéressante mais difficile comme tous les quatuors. « C’est presque un truc d’esthète. Un quatuor nécessite un travail intense. Pour nous, c’est important. Nous nous retrouvons de manière différente et nous sommes plus exposés. Cela nous permet de rester affutés ».

La seconde pièce musicale de ce programme s’avère plus légère. Ce Septuor en mi bémol majeur, écrit dix ans avant le quatuor, est « un divertissement qui a eu beaucoup de succès. Elle n’est pas très bien orchestrée mais elle est bourrée d’idées. Beethoven fait preuve d’inventivité. Pour cette œuvre, il a travaillé sur le développement de ces idées et offre de bons moments ».

Un concert pour passer de l’ombre à la lumière et savourer la musique de Beethoven.

  • Lundi 27 mai à 20 heures au Théâtre des Arts à Rouen
  • Tarifs : 20 €, 10 €. Réservations au 02 35 98 74 78.

À lire également