Butterfly lance la saison lyrique de l’Opéra de Rouen Normandie mardi 25 septembre. Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil proposent une lecture originale de la pièce de Puccini pour écrire « Un Itinéraire d’une jeune femme désorientée ». 

photo Steve Barek

L’opéra, ils adorent ça. « C’est la forme d’art qui nous correspond le mieux, qui nous passionne ». Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil trouvent là « beaucoup de choses à exprimer. Ce sont des formes spectaculaires qui peuvent être d’un lyrisme fou, d’une charge émotionnelle forte et offrent des moments oniriques. Et l’opéra, c’est un art qui rassemble tous les arts ». 

La partition et le livret sont des bases de travail aux deux metteurs en scène, réunis dans le Clarac-Deloeuil > le lab, pour imaginer des « objets musicaux créatifs ». Leurs OMC, à l’affiche des plus grandes salles européennes, nécessitent un choix dramaturgique fort et doivent toujours avoir « un ancrage dans le quotidien » et être « dans l’immédiate intimité du spectateur. Toutes œuvres sont à interroger et il fait les interroger. Quand on monte Shakespeare, on ne peut se retrouver dans les conditions du XVIIe siècle parce que nous ne sommes pas des personnes de cette époque et que les codes ont évolué. Le rapport au son et à l’image à changé ». Les créations du Clarac-Deloeuil > le lab comportent une dimension théâtrale forte. Mais pas seulement. « Nous jouons avec les éléments de discours culturels d’aujourd’hui. Comme la vidéo qui véhicule beaucoup d’émotion ».

Une jeune femme en plein fantasme

Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil se sont emparés de Madama Butterfly, une tragédie en trois actes écrite par Giacomo Puccini (1858-1924) et créée en 1904 à la Scala de Milan. C’est un drame de l’amour et de l’attente dans lequel Benjamin Pinkerton, un officier de la marine américaine, en escale au Japon, acquiert une maison et aussi une jeune Geisha de 15 ans. Il l’épouse et lui fait un enfant avant de repartir aux États-Unis pour se marier une deuxième fois avec une Américaine. Cio Cio San (papillon en japonais) attend alors cet homme qui reviendra mais pour lui arracher son enfant. 

Butterfly, joué du 25 septembre au 7 octobre à l’Opéra de Rouen Normandie, de Clarac et Deloeuil n’est pas tout à fait Madama Butterfly. Il y a certes la musique de Puccini, le livret de Guiseppe Giacosa et Luigi Illica et l’histoire de Cio Cio San mais le récit de cette geisha devient celui d’une Rouennaise fragile. Butterfly narre le drame Cio Cio San à travers ses yeux de la jeune femme européenne. Celle-ci découvre l’œuvre de Puccini et s’identifie à Cio Cio San. Elle aussi attend l’homme qu’elle aime et s’enferme dans un ailleurs fantasmé. Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil ont filmé Camille Schnoor qui tient le rôle de l’héroïne, dans la ville. « Rouen est une ville intéressante. Le patrimoine est marqué par ses colombages. Visuellement, c’est très fort. Dans le premier acte, quand Cio Cio San est dans son appartement japonais,  ce n’est pas si différent des colombages. À Rouen, il y a aussi le port qui favorise l’imaginaire ». 

Outre une histoire tragique, Butterfly est une réflexion sur la fascination du Japon, à la mode à la fin du XIXe siècle, sur le dialogue entre les cultures orientales et occidentales, sur les frontières entre le réel et le rêve.

Pour la première fois sur écran géant

Ce sera un rendez-vous de début de saison : un opéra interprété sur la scène du Théâtre des Arts à Rouen sera aussi retransmis sur un écran géant dans un cinéma ou dans une salle de spectacles en Normandie et à l’étranger. « Nous avons comme ambition de sortir de l’Opéra et de prendre notre place dans l’espace public », indique Loïc Lachenal, directeur de l’Opéra de Rouen Normandie. Premier « test » samedi 29 septembre à 20 heures avec Le Butterfly du Clarac-Demoeuil > le lab. Ce sera en direct à Jumièges, dans la cour du château à Gisors, dans les salles de cinéma, au Mercure à Elbeuf, au Grand Large à Fécamp, au Palace aux Andelys, aux Arts à Montivillers, au Drakkar à Yvetot, au Grand Rex à Dieppe, au théâtre de l’Arsenal à Val-de-Reuil et aussi à Prague en République tchèque et à Douchanbé au Tadjikistan. Gratuit

Infos pratiques

Représentations au Théâtre des Arts à Rouen :

  • Mardi 25, jeudi 27 et samedi 29 septembre à 20 heures,
  • mardi 2 et vendredi 5 octobre à 20 heures,
  • dimanche 7 octobre à 16 heures.

Tarifs : de 68€ à 10 €.

Réservations : au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr


Relikto vous fait gagner des places

Gagnez vos places pour les représentations des 27 et 29 septembre
à l’Opéra de Rouen Normandie.

Ecrivez à relikto.contact@gmail.com


Une offre réservée aux lecteurs de Relikto

une place offerte pour une achetée dans la limite des places disponibles lorsque vous réservez à l’Opéra.

Pour plus d’info, contactez-nous.