photo Marie Monteiro

C’est un projet musical singulier pour la formation hip-hop. Cabadzi x Blier est librement inspiré de l’œuvre cinématographique de Bertrand Blier, de toutes ses répliques cultes. Pour l’écrire, les deux fondateurs du groupe, Olivier Garnier et Victorien Bitaudeau, se sont emparé du vocabulaire du réalisateur, de sa poésie brute et triviale, de ses thèmes chers comme l’amour, la liberté, la solitude, la dérive sociale des classes les plus fragiles… Ce sont les deux longs métrages, Les Valseuses et Tenue de soirée, qui transparaissent le plus dans les chansons de Cabadzi x Blier. Dans cette nouvelle aventure, le duo garde cependant son esprit punk, a composé un album plus electro. Chaque chanson est un film qui s’anime sur scène avec les images de l’illustrateur brésilien Adams Carvalho. Cabadzi joue mercredi 25 avril à l’espace culturel François-Mitterrand à Canteleu lors du festival des cultures urbaines. Entretien avec Olivier Garnier.

Quel est le premier film de Bertrand Blier que vous avez vu ?

Le premier, c’est Les Valseuses. C’est le film qui passait le plus à la télévision. Même si je n’avais pas trop le droit de le regarder. J’étais jeune à cette époque. Quand je l’ai vu la première fois, j’ai éprouvé une sorte de sentiment de liberté, de provocation. Sans oublier l’humour. Il y en a beaucoup dans Les Valseuses. Néanmoins, le film que j’ai le plus vu, c’est Tenue de soirée. Il est très bien écrit. Il peut même juste s’écouter. Sans les images, il reste en effet grandiose. Pourtant le sujet traité est compliqué. Mais il y a une poésie, une finesse et toujours cet humour propre à Bertrand Blier.

Qu’est-ce qui distingue l’œuvre cinématographique de Bertrand Blier selon vous ?

Je pense que Bertrand Blier a l’art de décaler les choses. Il a aussi un immense talent d’écriture. Elle est très rythmique avec toutes ses répétitions et faite de punch line. Dans les répliques, il y a beaucoup de phrases très courtes qui disent beaucoup. Comme dans le hip-hop. Blier sait aussi parler de liberté. Il comprend la difficulté des êtres humains. Dans ses propos, il n’est jamais manichéen. Blier, c’est une pensée avant tout. Il s’en défend toujours : il refuse le terme politique. S’il n’écrit pas des films politiques, il écrit des films philosophiques.

Les films de Bertrand Blier sont très riches. Comment les avez-vous abordés ?

Bertrand Blier nous a autorisés à piocher dans les répliques de ses films. Il fallait que nous réécrivions que nous les détournions pour pouvoir prendre une certaine distance par rapport cette œuvre. Sinon, il aurait été impossible de travailler.

Vous avez privilégié deux films, Les Valseuses et Tenue de Soirée. Pourquoi ?

Toute l’œuvre de Blier est présente dans le disque. C’est vrai que nous avons surtout travaillé sur ces deux films et aussi sur Trop Belle pour toi. C’est un film incroyable et un sujet incroyable : comment une femme moche va devenir désirable et faire de l’ombre à une belle femme ?

Est-ce qu’il était possible de se passer d’images pour ce projet musical ?

Il fallait créer un univers visuel. Non pas à partir des images des films mais des scènes cultes redessinées en 2018. Là aussi, nous avions besoin d’un détournement pour rendre ce projet plus personnel. Pour les concerts, il y a une scénographie imaginée à partir d’un rideau de fils qui prend différentes formes.

Quelle histoire racontez-vous sur scène ?

C’est difficile de répondre à cette question… Il y a certes un générique de début et de fin. Le concert s’écoute comme on regarde un film. L’histoire peut être celle de deux garçons qui passent par des sentiments contraires.

 

 

  • Mercredi 25 avril à 20h30 à l’espace culturel François-Mitterrand à Canteleu. Tarifs : 13,10 €, 9 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 35 36 95 80.
  • Première partie : Louise Emö