L’amour et les voyages sont les thèmes principaux de Dans Ma Peau, le deuxième album de Camélia Jordana qui impose de véritables choix singuliers, une écriture, ou joyeuse, ou plus radicale. Ce contraste se retrouve également dans sa voix qui s’affirme dans les douze titres. Camélia Jordana chante vendredi 19 décembre à la scène nationale de Dieppe, puis à Juliobona en mars et au Trianon transatlantique en avril.

 

photo Bérangère Valognes

photo Bérangère Valognes

Retour à Dieppe… Retour cinq ans plus tard et après deux albums. En 2009, Camélia Jordana était venue au casino, point de départ d’une tournée avec les lauréats de la Nouvelle Star. Camélia Jordana terminait à la seconde place dans cette émission qui s’est fixée comme objectif de découvrir de jeunes talents. Depuis, elle a su imposer des choix artistiques, s’entourer d’une famille d’artistes. « C’est une bande de personnes que j’aime beaucoup ».

 

Une bande, emmenée par Babx, qui lui a donné envie d’écrire. Elle signe une grande partie des textes de ce deuxième album, Dans Ma Peau. « Je voyais tous mes copains écrire. Mettre des mots pour exprimer ce que l’on ressent est séduisant. Comme toutes les personnes qui commencent à écrire, les premiers textes sont nuls. J’ai alors travaillé. Je sais que j’ai encore beaucoup à apprendre. J’entame un texte après avoir trouvé un angle ou une suite de mots. Puis, je retouche encore et encore. Sauf sur Ma Gueule, l’écriture a été instinctive. J’ai écrit cette chanson après avoir été témoin d’une scène raciste dans le métro ». La chanteuse s’est aussi inspirée des voyages qu’elle a effectués ces dernières années.  « J’ai eu cette chance et cela m’a beaucoup nourri ».

 

Dans la vie artistique de Camélia Jordana, il n’y a pas eu que la musique. Elle a été présente au cinéma, au théâtre, à la télévision. « Ce n’est pas tant grâce à ma mère. Petite, je l’accompagnais lorsqu’elle prenait des cours de chant. Mais j’ai dû voir seulement trois opéras dans ma vie. Enfant, j’ai été davantage bercée avec Brassens. Pour ce projet, il y a eu une rencontre avec le metteur en scène Guillaume Vincent. Tout cela m’amuse. Il y a un point à toutes ces disciplines artistiques : je raconte des histoires et j’adore ça ».

 

C’est à Guillaume Vincent que Camélia Jordana a demandé de mettre en scène son nouveau spectacle. « J’aime le format concert mais j’avais envie d’essayer autre chose. Je voulais créer une bulle ».

 

 

  • Vendredi 19 décembre à 20 heures à la scène nationale de Dieppe. Tarifs : de 22 à 7 €. Réservation au 02 35 82 04 43 ou sur www.dsn.asso.fr
  • Vendredi 27 mars à 20h30 à Juliobona à Lillebonne. Tarifs : 19 €, 16 €. Réservation au 02 35 38 51 88 ou sur www.juliobona.fr
  • Mardi 21 avril à 20h30 au Trianon transatlantique à Sotteville-lès-Rouen. Tarifs : de 22 à 11 €. Réservation au 02 35 73 95 15 ou sur www.trianontransatlantique.com