Céka adapte « Bibliomanie » de Flaubert

par | 12 octobre 2021 | Dédicace, Flaubert, TdP 2021

Bibliomanie, le nouvel album de Céka, est une adaptation d’une nouvelle de Flaubert. Le scénariste évoque « Les Dessous de la création » de cette bande dessinée mercredi 13 octobre à la librairie L’Encre marine à Eu dans le cadre du festival Terres de paroles.

Céka fait un bout de chemin avec plusieurs personnages historiques. Il a traversé la vie de Léonard de Vinci, Alfred Dreyfus, Champollion, Rosa Bonheur, Napoléon, aussi Les Vikings, Rollon. Cette fois, le scénariste rouennais s’est intéressé au premier texte publié de Gustave Flaubert. « J’ai souhaité lui rendre hommage ». Bibliomanie, publié en février 1837 sans le nom de son auteur, est un conte fantastique sur un libraire accusé du meurtre de plusieurs de ses clients dans la ville de Barcelone.

Dans cette nouvelle bande dessinée qu’il présente mercredi 13 octobre à la librairie L’Encre marine à Eu, Céka situe l’histoire à Rouen, devant la cathédrale et l’église Saint-Maclou, en construction, et dans la rue Damiette. « J’ai dû effectuer quelques recherches iconographiques sur la ville et sur les costumes ». Il y fait bien sombre dans ce Rouen du Moyen Âge. Il a fait d’Eustache Guillotin, libraire et bibliomane, un personnage mystérieux au visage long, au regard ténébreux. « On ne sait pas trop s’il est fou ou obnubilé par les livres. J’ai voulu comprendre ce que Flaubert n’avait pas raconté. Je me suis posé en tant que détective », comme un clin d’œil à Edgar Alan Poe.

Une intrigue

Dans Bibliomanie avec, au dessin, Jacky Clech, Eustache Guillotin n’a qu’une idée en tête : acheter cette B 42, le premier tirage de la Bible 42 lignes imprimée par Gutenberg. L’ouvrage est bien évidemment convoité et le libraire doit faire face à de nombreux concurrents. Il doit aussi répondre devant le prêtre inquisiteur de meurtres étranges de ses clients. L’homme qui ne voyait que les livres ne s’est pas aperçu du piège qui lui a été tendu.

Dans cette bande dessinée, Céka ajoute un autre récit avec Jean-Marie Minguez. Le scénariste imagine un retour de Flaubert à Rouen qu’il redécouvre avec Louis Bouilhet. Un petit tour jusqu’à son lycée, l’hôtel de ville, la rue Eau-de-Robec et le pont pour réconcilier l’auteur avec sa ville et ses habitants.

Infos pratiques

  • Mercredi 13 octobre à 18 heures à la librairie L’Encre marine, 19, rue Paul-Bignon à Eu
  • Rencontre gratuite
  • Réservation au 02 35 50 19 34 ou à encre.marine@orange.fr
  • photo : Alan Aubry – Département de la Seine-Maritime

Avec les enfants

Céka intervient ce mercredi 13 octobre dans le cadre Des Mots et des mômes, un temps fort consacré aux enfants pendant Terres de paroles. Chaque mercredi, le festival met un coup de projecteur sur la littérature jeunesse avec des rencontres, des ateliers et des lectures avec des autrices et des auteurs. Céka et Arnaud Nebbache parlent de création après un atelier de fabrique de Kamisshibaï avec la compagnie En Faim de cOntes et avant la représentation de Trois qui ont dit non de La Comédie de Caen au théâtre du château à Eu.

Mercredi 20 octobre, Des Mots et des mômes se déroule à Duclair. Le thème proposé : le haïku, ces brefs poèmes pour évoquer un instant. Thierry Cazals donnera toutes les techniques pour écrire des haïkus. Quant à Antoine Guilloppé, il animera un atelier de dessin sur son personnage Akiko. Il sera question d’animaux moches et de leur révolte lors de ce temps partagé avec Coline Pierré, autrice et illustratrice. Ben Herbert Larue revient avec son Ogre de papier, doux et poétique.

À lire également