La Maison illuminée revient la chapelle Corneille à Rouen vendredi 10 novembre. Un nouveau concert pour rendre un hommage à Frédéric Chopin avec des oeuvres du compositeur franco-polonais, de Mozart, de Debussy et de Schumann.

Depuis quelques jours, Frédéric Chopin (1810-1849) fait à nouveau l’actualité. La question qui revenait sans cesse : pourquoi le compositeur est-il décédé de manière prématurée ? Réponse des scientifiques qui ont observé le cœur, conservé dans une urne de cristal remplie de cognac en l’église de la Sainte-Croix à Varsovie en Pologne : Chopin est mort d’une péricardite, une complication rare de la tuberculose, relaie France Musique.

Frédéric Chopin est à l’honneur vendredi 10 novembre à la chapelle Corneille à Rouen. La Maison illuminée d’Oswald Sallaberger lui rend un hommage. Comme un Mozart Normand la saison passée, il y a un Chopin Normand. En mars 1838, le compositeur vient à Rouen. « 1838 est une date importante dans sa carrière. On découvre ensuite un nouveau Chopin, très poétique, très pur », confie Oswald Sallaberger. A Rouen, le compositeur rend visite à Antoine Orlowski, un de ses amis chef d’orchestre et violoniste qui a fui la Russie. Il interprète surtout dans une des salles de l’hôtel de ville de Rouen son Concerto n°1 en mi mineur.

Aux couleurs d’automne

Une pièce  musicale que propose la Maison illuminée et que jouera le pianiste Paul Beynet, accompagné d’un quintette à cordes. « C’est une œuvre de jeunesse. Chopin l’a écrite quand il avait 20 ans. Elle est magnifique et ne cesse de surprendre ». Du compositeur, le violoniste a également choisi deux Nocturnes, des versions transcrites pour cordes. « Là, c’est un Chopin plus profond, mélancolique, nostalgique ».

A ce répertoire, Oswald Sallaberger a ajouté une Fugue de Mozart — « Chopin l’a beaucoup étudié » — des Scènes d’enfants de Schumann, transcrites par Godard. « Les deux compositeurs se sont rencontrés et cette partition a été écrite peu de temps après leur entrevue ». Au milieu des deux, il y a deux Préludes de Debussy, La Filles aux cheveux de lin et Voiles, « une pièce inventive écrit dans un langage moderne. On va vers l’impressionnisme », remarque Oswald Sallaberger.

Chopin est au centre de ce concert de la Maison illuminée qui prend des couleurs d’automne et crée des ambiances mélancoliques.

  • Vendredi 10 novembre à 20 heures à la chapelle Corneille à Rouen. Tarifs : 15 €, 10 €. Réservation à l’Armitière, à l’office de tourisme ou sur place.
  • A 19h30 : ouverture de la Cabane illuminée à la chapelle pour un concert gratuit d’une demi-heure