Après un premier album avec une thématique urbaine, Lescop dresse dans Echo, sorti en octobre 2016, le portrait d’une série de personnages mystérieux et fantomatiques. C’est noir, pop, dansant, aérien. Lescop est en concert samedi 26 novembre au 106 à Rouen.

 

photo Antoine Carlier

photo Antoine Carlier

Séducteurs, tricheurs, tourmentés, solitaires… Ils sont tout cela à la fois les personnages de Lescop dans Echo, un nouvel album sorti le 21 octobre dernier. « Ils observent la réalité dans la contemplation. Ces personnes-là sont souvent les plus mélancoliques. Elles se trouvent dans des endroits propices aux rencontres. Elles sont seules dans la foule, dans la ville et ont envie de tomber sous le charme des autres ». Autre point commun : tous sont des noctambules. « La nuit, il y a quelque chose de mystérieux, même vénéneux. Les gens sont toujours différents. Ils ont un côté traqueur ».

 

 

Pour écrire Echo, une référence à la nymphe de la mythologie grecque, Lescop, en concert samedi 26 novembre au 106 à Rouen, a aussi observé. « J’étais installé dans un café parisien et je regardais les gens autour de moi. J’ai aussi feuilleté des bouquins de photos. J’ai écrit à un rythme très soutenu : une chanson par jour. Cela s’est fait naturellement. Même si je voulais m’imposer des horaires. Après, je me suis rendu compte qu’il y avait plusieurs personnages. Des personnages qui pouvaient se croiser et se faire écho ».

 

Dans cet album aux accents pop et aux couleurs des années 1980, Lescop a opté pour une écriture très précise pour « éveiller des images. Je me suis beaucoup attardé sur les détails. Je décris la façon de marcher, de danser pour que cela devienne troublant ». Troublant comme ce David Palmer « avec ces côtés Bowie et féminin », véritable oiseau de nuit égaré qui erre et traîne son spleen.

 

 

 

  • Samedi 26 novembre à 20 heures au 106 à Rouen. Tarifs : de 20 à 5 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 32 10 88 60 ou sur www.le106.com
  • Première partie : O