La poésie de Jacques Prévert réunit le groupe rouennais Papanosh et André Minvielle. Une nouvelle création musicale qui est à découvrir vendredi 25 mai au Trianon transatlantique à Sotteville-lès-Rouen. Gagnez vos places en écrivant à relikto.contact@gmail.com

Les chemins de Papanosh et d’André Minvielle se croisent régulièrement depuis plusieurs années.  « Cette collaboration nous plaît beaucoup. Elle nous permet d’aller vers des musiques originales », remarque Raphaël Quenehen, saxophone. Cette fois, le quintet rouennais, une des formations des Vibrants défricheurs, le chanteur et percussionniste, complice de Bernard Lubat, se retrouvent autour de la poésie de Jacques Prévert (1900-1977). Ensemble, ils poursuivent le travail entamé par André Minvieille avec une reprise d’Étranges Étrangers. « Les ayant-droits ont tellement aimé qu’ils lui ont donné accès au répertoire de Prévert ».

Tous se sont plongés dans les livres, les collages, les films du poète. « Nous sommes tous des enfants de l’école de la République, donc des enfants de Prévert. Pour nous, Prévert, c’est la beauté simple, un regard merveilleux et émerveillé sur les choses, un rapport unique à l’enfance ».  Comme pour Apollinaire, Papanosh a eu à nouveau envie de « travailler sur la langue » et de « faire chanter André. Lors d’une semaine de résidence, il a improvisé sur des trames musicales que nous jouions. Ce n’est pas facile de mettre en musique les textes de Prévert parce que la métrique est très changeante. Il y a des strophes à 2 vers, à 4 vers, des phrases à rallonge. En fait, les textes se baladent », explique Raphaël Quenehen.

Hors de sentiers battus

Papanosh et André Minvielle créent ce nouveau spectacle musical dédié à Prévert vendredi 25 mai pour la clôture de saison du Trianon transatlantique à Sotteville-lès-Rouen. « Au départ, nous étions partis sur un bal. Pour cela, il fallait trouver des textes qui puissent être portés par une musique dansante. Cette démarche s’est avérée trop contraignante. On ne pouvait imaginer faire danser sur plusieurs histoires, notamment Étranges Étrangers. Par ailleurs, nous voulions faire entendre les textes ».

Les mots de Prévert sont dits, chantés, par André Minvielle et aussi les cinq musiciens de Papanosh. « Cela nous sort de notre zone de confort parce que nous aimons bien nous cacher derrière nos instruments », confie le saxophoniste. Cette création est une promenade colorée dans l’univers de Prévert. Pas avec les « tubes » du poète mais les écrits les plus vibrants pour eux issus Paroles.

Avec Papanosh et André Minvielle, pas de concert sans bal. La soirée se terminera avec leurs compositions festives et généreuses, point de départ d’un tour du monde en musique.