La Chapelle Saint-Julien à Petit-Quevilly est l’écrin idéal pour savourer les deux Quatuors avec pianoforte de Mozart interprétés par La Petite Symphonie de Daniel Isoir. A écouter jeudi 24 août dans le cadre des Musicales de Normandie.

Ce sont deux oeuvres très rares. En parfait mozartien, Daniel Isoir s’est emparé des Quatuors avec gourmandise. Seulement deux pièces de ce genre que Mozart a écrites alors qu’il composait Les Noces de Figaro mais qui ont eu peu de retentissement à l’époque. Pourtant, ces deux partitions restent importantes dans l’oeuvre du compositeur autrichien (1756-1791) parce qu’il invente une forme hybride que reprendront plus tard Schumann et Brahms. Elles sont également deux pièces complètement différentes. La première, plus connue, a des couleurs romantiques. Il possède des tonalités sombres. Quant à la deuxième, elle se révèle plus mystérieux et plus poétique. Néanmoins, elles ont quelques points communs, notamment dans les finales qui sont des rondos très mozartiens.

Daniel Isoir, pianofortiste, interprète jeudi 24 août à la chapelle Saint-Julien à Petit-Quevilly avec sa Petite Symphonie les deux Quatuors de Mozart. Des oeuvres qu’il a enregistré en septembre 2015 dans un autre écrin, celui du manoir du Catel à Ecretteville-les-Baons. Musicien au jeu délicat, Daniel Isoir dévoile toutes les nuances de ces deux partitions, la splendeur et le côté intime, la fougue et la délicatesse.