Construire sur les cendres d’un incendie

par | 23 novembre 2021 | Théâtre

Après une catastrophe, comment se reconstruire ? C’est tout l’objet de cette création de la compagnie MoonSoon, Tristesse animal noir, mis en scène par Timothée Lerolle. Ce sera du 24 au 26 novembre au CDN de Normandie-Rouen avant le mardi 26 avril à la scène nationale de Dieppe.

L’histoire

Un groupe d’amis décide de passer une nuit dans la forêt pour faire la fête. Une belle occasion de décrocher du quotidien et des tourbillons de la ville. Au moment du repas, ils allument un barbecue. Une très mauvaise idée parce qu’il fait très sec depuis quelque temps. La forêt s’embrase. L’incendie galope. Toutes et tous vont se mettre à courir pour échapper aux flammes. Certains seront pris au piège. Pour les survivants, il faut apprendre à dépasser le traumatisme et vivre malgré tout. 

C’est l’histoire de Tristesse animal noir, un texte d’Anja Hilling qu’a en tête Timothée Lerolle depuis 2014. Il se confronte une première fois au texte lors d’une lecture pendant un festival. Une randonnée sur un glacier lui donne ensuite des envies de mise en scène. « J’étais à un endroit où il n’y avait pas de trace humaine. J’avais une impression d’immensité. Cela efface tous les petits riens de la vie. C’est là que j’ai voulu amener ce texte au théâtre ».

Sur scène

Dans Tristesse animal noir, joué du 24 au 26 novembre au CDN de Normandie-Rouen, Timothée Lerolle s’attache à la troisième partie de l’histoire, les mois après l’incendie pour évoquer « le traumatisme, le retour à la vie, la responsabilité, le cheminement physique et mental ». Chaque personnage n’empruntera pas le même chemin.

Cette pièce est une suite de plusieurs scènes avec des flashback parce que les souvenirs de l’incendie vont surgir inévitablement. Dans son adaptation, Timothée Lerolle a fait un montage du texte d’Anja Hilling sans le réécrire. « Il est fort, très narratif, riche en images et en description. En fait, tout passe par le texte. Tristesse animal noir est un théâtre de l’intime, de relation, de sentiment. Dans le travail, nous avons commencé par l’improvisation. Il était nécessaire de ramener les personnages proches des acteurs, d’avoir une conscience de ces gens. Après, nous avons fait venir la poésie ».

Timothée Lerolle amène le groupe dans un lieu post apocalyptique où les cendres pourront rester collées sur la peau. Comme pour rappeler aux victimes qu’elles sont responsables de cette catastrophe et que ce terrain dévasté pourra être un autre point de départ.

Infos pratiques

  • Mercredi 24, jeudi 25 et vendredi 26 novembre à 20 heures à l’espace Marc-Sangnier à Mont-Saint-Aignan
  • Durée : 1h45
  • Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation du jeudi 25 novembre
  • Tarifs : 15 €, 10 €. Pour les étudiants : carte Culture
  • Réservation au 02 35 70 22 82 ou sur www.cdn-normandierouen.fr

À lire également