Une nouvelle compagnie s’installe à partir du 18 juillet à l’aître Saint-Maclou à Rouen. Dans le cadre d’Un Soir, à l’aître, le Caliband Théâtre, la troupe rouennaise de Marie Mellier et Mathieu Létuvé, joue jusqu’au 23 juillet Le Spectateur condamné à mort de Matéi Visniec.

 

La cour 3« Mesdames et messieurs, il y a un criminel parmi nous ! » Tel est le début du procès. Le procureur ne s’embarrasse de toutes les procédures légales et de la présomption d’innocence. Il a trouvé le coupable. « Il n’y a rien à prouver. On lit toujours le crime sur le visage du criminel ».

 

Un procès ou plutôt une parodie de procès. Dans Le Spectateur condamné à mort, Matéi Visniec, auteur roumain, installé en France, rappelle toutes ces affaires judiciaires et aussi politiques à la stalinienne. La pièce commence ainsi avec cette accusation brutale. Un spectateur est accusé. De quoi ? De rien en fait. Mais le procureur le condamne à mort. Tout l’enjeu du procès consiste à rassembler les preuves de cette culpabilité.

 

Dans ce tribunal, il y a donc le juge, l’avocat, le procureur, le greffier, les différents témoins. Un photographe, un metteur en scène, un auteur, un clochard, une serveuse… qui vont tous témoigner à charge. Il y a également le public qui assiste à ce défilé infernal d’accusateurs.

 

« C’est une mécanique infernale », remarque Mathieu Létuvé, comédien et metteur en scène. « A partir d’un moment, elle va s’enrayer, se déconstruire. Chez Visniec, il y a du Kafka, du Ionesco et du Pirandello ». Le Spectateur condamné à mort, c’est du théâtre de l’absurde puisque tous les personnages seront gagnés par la folie et le délire.

 

  • Du 18 au 23 juillet tous les soirs à 21 heures à l’aître Saint-Maclou à Rouen.
  • Tarifs : 12 €, 7 €. Réservation au 02 32 08 13 90.