COVID 19 : Pas de concerts. Pas de spectacles. Pas d’expositions… nous avons une belle pensée et apportons tout notre soutien à tous les acteurs et actrices du monde culturel, particulièrement affectés par cette mesure. Prenez soin de vous. Restez chez vous et toujours aussi curieux !

Danse : dans les « Sillons » de la compagnie Zahrbat

par | 18 mars 2016 | A la une, Danse, En famille

Une danse pour laisser des traces. Dans un univers très graphique, la compagnie Zahrbat de Brahim Bouchelaghem dessine des Sillons mardi 22 mars au théâtre Charles-Dullin à Grand-Quevilly et vendredi 25 mars au Rayon vert à Saint-Valery-en-Caux.

 

rayonvertsillonsQuand Brahim Bouchelaghem arrive sur une scène, il se pose toujours la même question. Quelles traces ont laissé et quels mouvements ont effectué les précédents danseurs ? « La danse n’est pas un art éphémère. Nous venons tous sur un plateau pour écrire notre danse. Ce qui m’intéresse est d’écrire après ce qui a été écrit. Dans la danse, on écrit, on efface, on recommence. Comme sur une ardoise magique. Mais les traces restent », explique le fondateur de la compagnie Zahrbat.

 

Ces traces que les chorégraphes et les danseurs ressentent lorsqu’ils se retrouvent sur une scène. « On ne voit pas l’énergie mais elle est là ». Dans Sillons, présenté mardi 22 mars au théâtre Charles-Dullin à Grand-Quevilly et vendredi 25 mars au Rayon vert à Saint-Valery-en-Caux, Brahim Bouchelaghem et cinq interprètes, avec des styles et des formations différentes, dévorent l’espace où ils tracent des lignes sur des tapis, seule scénographie de ce spectacle. Ils cherchent une certaine liberté dans ces sillons dessinés « avec les jambes et les bras. C’est une gestuelle qui a pu exister à un endroit, à un moment ».

 

La danse de Brahim Bouchelaghem est physique, aérienne, métissée. Il la définit comme « un hip-hop contemporain » plein de vie. « Le mouvement résulte de ce que nous ressentons. Quand je travaille, je me laisse emporter. J’ai envie de partir dans une transe. Là, ce n’est plus du tout contrôler. C’est du ressentiment. C’est une danse intérieure ». Sillons est une succession de tableaux. Des tableaux en mouvement et en trois dimensions.

 

 

  • Mardi 22 mars à 20 heures au théâtre Charles-Dullin à Grand-Quevilly. Tarifs : de 10 à 8 €. Pour les étudiants : carte Culture. Réservation au 02 32 76 23 23 ou sur www.hangar23.fr
  • Vendredi 25 mars à 20h30 au Rayon vert à Saint-Valery-en-Caux. Tarifs : de 18 à 6 €. Réservation au 02 35 97 25 41 ou sur www.lrv-saintvaleryencaux.com

 

À lire également

non Donec amet, luctus consectetur Curabitur vel, elit. Donec Lorem porta. ipsum