Le désir est au cœur de la nouvelle création d’étantdonné. Frédérike Unger et Jérôme Ferron, fondateurs de la compagnie rouennaise, ont écrit une chorégraphie sur Les Noces d’Igor Stravinsky. Les premières ont lieu à Micadanses à Paris lors du festival Faits d’hiver avant des représentations à Dieppe et à Rouen.

 

photo Jérôme Ferron

photo Jérôme Ferron

Les Noces de Stravinsky sont « une pièce maîtresse de l’histoire de la danse. Elle reste cependant moins connue que Le Sacre mais la partition est aussi forte. Elle envoie une énergie folle et l’intensité ne faiblit jamais. Elle fait d’ailleurs un peu peur », confie Frédérike Unger, danseuse et chorégraphe.

Il y a plusieurs années que Frédérike Unger et Jérôme Ferron sont fascinés par cette pièce musicale quelque peu sauvage. Comment évacuer cette peur ? « Il a suffi de trouver le sujet. Les Noces créent chez nous du désir. Le désir de la porter sur scène ». Tel est le thème de cette nouvelle création d’étantdonné qui se lit à travers des états de corps de cinq danseurs qui ont chacun leur personnalité. « L’unité se trouve dans l’énergie ».

Durant Les Noces, les invités sont là, souhaitent faire la fête et danser. « Tous effectuent le même mouvement mais le public les voient sous divers angles. Ce qu’il voit est donc différent ». La gestuelle évolue avec cette musique interprétée par Les Percussions de Strasbourg et le Chœur contemporain (1975), par le Pokrovski Ensemble (1994) et le Lugano Percussion Group/Coro della Radiotelevisione Svizzzera.

 

  • Jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15 février à 20h30 à Micadanses à Paris. Tarifs : de 16 à 10 €. Réservation sur www.faitsdhiver.com
  • Mardi 13 mai à 20 heures à DSN à Dieppe. Tarifs : de 22 à 5 €. Réservation au 02 35 82 04 43 ou sur www.dsn.asso.fr
  • Lundi 3 et mardi 4 novembre à l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie.