Thierry Gioux dédicace Hauteville House à la librairie Lumière d’août de Rouen jeudi 29 septembre. Déjà le tome 14…

 

photo Sarah Kugel

photo Sarah Kugel

Hauteville House (Label série B chez Delcourt) est une série steampunk. Alors, steampunk, ça veut dire quoi ? Il s’agit d’un courant qui fait revivre le XIXe siècle dans une version très poussée sur son volet industriel. Et donc, avec de redoutables machines, démesurées, fonctionnant au charbon et faisant – on l’imagine – un potin du diable. C’est donc dans cette ambiance fantasmée que le scénariste rouennais Fred Duval a imaginé la rencontre de Victor Hugo et de son Gavroche, devenu pour l’occasion espion. Contre Napoléon III, évidemment. D’où le nom de la série, Hauteville House, qui fait référence à la maison de l’écrivain, sise à Saint-Pierre-Port sur l’île de Guernesey. Un tome entier de la série BD se déroule d’ailleurs en huis clos dans la fameuse maison.

 

Mais c’est Gavroche le héros et, il faut bien le dire, à la manière de James Bond, les espions de Hauteville House voyagent beaucoup. En 14 tomes, on aura fait pas mal de route ; y compris en passant par les voies impénétrables des forces invisibles. Ces forces sont d’ailleurs à l’œuvre dans le nouveau tome qui explore les secrets de l’Ordre de l’Obsidienne, une confrérie secrète chargée de garder les portes de téléportation. Pour l’occasion, le lecteur repart au Mexique, toujours avec Gavroche et Zelda. Et des monstres aquatiques en plus.

 

Thierry Gioux en forme au pinceau, secondé par Emem (par ailleurs rouennais et dessinateur de Carmen Mc Callum) qui s’est chargé du storyboard. Et c’est Nuria Sayago qui signe les couleurs.

 

Hervé Debruyne

 

  • Jeudi 29 septembre de 16 heures à 19 heures à la librairie Lumière d’août à Rouen. Entrée libre.