Du court au long métrage

par | 28 mai 2014 | Cinéma

C’est la dernière séance de présentation de la sélection avant la finale le 4 juin. Le Courtivore projette mercredi 28 mai à L’Ariel à Mont-Saint-Aignan neuf courts métrages dont Dog Sitting de Sara Verhagen et Yannick Privat, un film à l’humour très anglo-saxon.

 

dog sittingSara Verhagen est comédienne, scénariste et réalisatrice. « Mon envie a toujours été de jouer. En jouant est apparue ce désir de réaliser. En fait, j’ai toujours voulu raconter des histoires ». Elle le faisait déjà lorsqu’elle était enfant. « Petite, j’organisais des spectacles pour ma famille. J’écrivais des sketches que l’on apprenait et interprétait ». Plus tard, lors de sa formation, elle cherchait toujours à « savoir que ce qui se passait dans les coulisses ». Dans son école en Angleterre, la jeune Française décrochait seulement à ses débuts « de petits rôles », le temps de perdre son accent. « J’avais alors le temps de regarder les autres jouer, de m’interroger sur la mise en scène ».

 

Alors « cela faisait un moment que passer à la réalisation me trottait dans la tête ». Il ne lui manquait plus que l’idée du scénario. Elle arrivera lors d’une conversation entre amis. Dog Sitting raconte l’anecdote d’une étudiante anglaise à Paris qui promène des chiens pour payer ses études. Une tâche qui n’est pas toujours simple… Surtout quand, un jour, elle doit veiller sur un chien mort. « Je voulais juste faire une bande démo pour la diffuser en ligne. Je pensais que le tournage durerait un week-end et coûterait 200 €. Je me suis prise au jeu et le projet est devenu plus ambitieux au fur et à mesure que mon équipe s’est créée ».

 

Dog Sitting de Sara Verhagen et Yannick Privat est un véritable court métrage, plusieurs fois primé. Si le scénario n’est pas si original, Sara Verhagen qui joue le rôle de l’étudiante  adopte un ton singulier. « J’ai souhaité tourner cette comédie comme un drame. Il est joué et écrit comme un drame parce que c’est un drame pour Julia. L’humour dans notre film vient du fait que la jeune femme vit un drame, joué tel quel à l’anglaise, et non pas en optant pour un jeu qui commente l’aspect drôle ».

 

 

Ce premier essai très concluant a donné des ailes à Sara Verhagen qui a des envies de long métrage. Elle sera à nouveau devant et derrière la caméra. « Je pense qu’il est possible de faire les deux quand on est bien entouré et quand on a bien tout préparé ». Dans le sud de la France pour écrire, Sara Verhagen a imaginé une comédie sur la famille, sur les liens qui unissent des personnes vivant un drame, sur les absurdités que l’on peut vivre à la perte d’un proche. « J’ai déjà eu plusieurs rencontres avec des producteurs mais le processus est long.Le tournage ne se fera pas avant deux ans. D’ici là, j’aimerais bien tourner un autre court métrage. Maisour cela, il faut trouver une bonne idée ».

 

  • Mercredi 28 mai à 20 heures à L’Ariel à Mont-Saint-Aignan. Tarif : 3 €.
  • Programme complet : ici

À lire également

ante. nec risus vulputate, quis, Praesent tristique justo