Les Effusions à La Factorie : crier la violence quotidienne

par | 3 septembre 2016 | Théâtre

La violence au quotidien : c’est le sujet de première création de Maxime Atmani. Abrasifs 21:4 qui se joue samedi 3 et dimanche 4 septembre lors des Effusions, un week-end artistique imaginé par Les Bourlingueurs à La Factorie, sur l’Île du Roi à Val-de-Reuil.

 

abrasifs« Nous nous abreuvons d’informations. Or, l’actualité est violente. Dans nos vies de tous les jours, il y a toujours un moyen qui nous ramène vers cette actualité violente. Il est certes important de se tenir informé mais il est impossible d’y échapper. C’est un vrai défi de parvenir à se couper du monde. Nous nous sommes demandé comment cette énumération d’informations modifiait une personne ».

 

Maxime Atmani s’est penché sur toute forme de violence, qu’elle soit physique, verbale, morale… Avec cinq comédiens, Marion Déjardin, Morgane Vallée, Julien Moreau, Mathias Bentahar et Benjamin Bécasse Pannier, il a écrit Abrasifs 21:4, un regard sur les différentes formes de la violence, telle qu’ils les vivent, les perçoivent, les ressentent. Pour cela, il fallait « un travail de plateau, d’improvisation pour évoquer le choc des images, la violence de l’écriture ».

 

Abrasifs 21:4, créé dans le dancing de la compagnie Beau Geste lors des Effusions à Val-de-Reuil, se déroule dans une usine. Un monde que connaît bien Maxime Atmani puisqu’il a multiplié divers petits boulots avant de choisir le théâtre il y a quatre ans. Dans une entreprise désaffectée, des personnes construisent une machine à remonter le temps. Leur objectif : empêcher le pêché originel et offrir un monde meilleur. Chacune, avec son caractère bien trempé et son langage brut, tente d’apporter « son témoignage sur le monde qu’il est en train de quitter ».

 

À lire également

Deux familles en exil

Deux familles en exil

Traverser La Rivière sous la pluie raconte l’histoire de deux familles en exil...

Sed suscipit ut mattis commodo accumsan luctus Praesent Aliquam fringilla diam