Luciano Acocella dirige cette fin de semaine l’orchestre de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie. Au répertoire : la Septième Symphonie de Beethoven qui connaît le même succès depuis sa première exécution il y a tout juste deux cents ans.

 

photo David Morganti

photo David Morganti

Avant la célèbre Neuvième Symphonie interprétée le 5 janvier prochain lors du concert du nouvel an au Zénith de Rouen, l’orchestre de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie, dirigé par Luciano Acocella, joue la Symphonie n°7 de Ludwig van Beethoven (1770-1827).

Une partition d’une magnifique élégance que le Maître de Bonn termine d’écrire en mai 1812 et fait découvrir en décembre 1813. C’est un triomphe et ce sera toujours un triomphe. Dans cette pièce musicale, il y a « une unité d’intention musicale, une même pulsation rythmique. Elle est constante mais différente », remarque le maestro. Cette Septième Symphonie reste d’une belle vitalité avec un finale jubilatoire que Wagner qualifiait d’Apothéose de la danse. Cependant, le deuxième mouvement aux accents de marche funèbre apparaît plus contrasté. Nombre de publicitaires et de réalisateurs ont utilisé cet allegretto pour souligner des instants de suspense ou de drame. On le retrouve dans la bande annonce du film de Xavier Beauvois, Des Hommes et des dieux, dans Prédiction d’Alex Proyas, dans Irréversible de Gaspar Noé, dans Lola de Jacques Demy. Outre ce mouvement plus intime, la Symphonie n°7 est une pièce joyeuse qui offre diverses émotions.
http://www.dailymotion.com/video/x4wtio_karajan-beethoven-symphonie-n-7-2em_music

 

Un concerto

Pour ce concert, Luciano Acocella a également choisi une autre pièce de Beethoven, le Concerto pour Piano n°1, une oeuvre légère et délicate interprétée par Philippe Entremont.

 

  • Jeudi 12 et vendredi 13 décembre à 20 heures au Théâtre des Arts à Rouen. Tarifs : de 30 à 10 €. Réservation au 02 35 98 74 78 ou sur www.operaderouen.fr
  • Samedi 14 décembre à 20 heures à la maison des arts à Conches-en-Ouches