COVID 19 : Pas de concerts. Pas de spectacles. Pas d’expositions… nous avons une belle pensée et apportons tout notre soutien à tous les acteurs et actrices du monde culturel, particulièrement affectés par cette mesure. Prenez soin de vous. Restez chez vous et toujours aussi curieux !

En 2015, “on verra”

par | 8 juillet 2014 | Concert

Les Concerts de la Région ont rassemblé 150 000 du 3 au 6 juillet à Rouen. Nicolas Mayer-Rossignol dresse le bilan.

 

photo Eric Bénard

photo Eric Bénard

« C’est un succès incontestable parce que c’est un succès populaire ». Nicolas Mayer-Rossignol, président de la Région Haute-Normandie, affiche un large sourire lorsqu’il dresse le bilan des Concerts de la région. En tout 150 000 personnes se sont déplacées à Rouen du 3 au 6 juillet. Ce sont Christine, Skip the Use et Martin Garrix qui ont davantage séduit puisque la presqu’île Waddington a accueilli ce soir-là environ 70 000 fans. Lors de ce 4 juillet avec la défaite de l’équipe de France et les résultats du bac, le lieu est devenu une discothèque à ciel ouvert.

 

Pour Nicolas Mayer-Rossignol, le pari est gagné et plusieurs doutes sont levés. « Une des premières questions était : est-ce que l’événement rencontrera son public sans l’Armada ? Si succès il y a, il ne devait pas se faire au détriment d’autres événements. Ce qui a été le cas ». Les Concerts ont « un impact positif sur l’attractivité de la région. C’est un investissement ». Un investissement qui s’élève à un peu moins d’un million d’euros. « Avec les 150 000 personnes présentes, cela représente un coût de 6,50 euros pour chacune. Je pense qu’elles ont dépensé une somme supérieure ».

 

La programmation ? « Elle a atteint l’objectif. J’ai voulu une programmation très ouverte dans laquelle chacun trouve son compte ». Les Lycéens ? « Il n’y a pas eu de couac. Ils ont tous eu leur bac. C’est la chose dont je suis le plus fier. Nous avons pu valoriser des talents ». Les premières parties régionales ? Lors des concerts, le président de Région n’a cessé de rappeler « le travail remarquable » de RMAHN, le réseau des musiques actuelles en Haute-Normandie. Lors du bilan, il a assuré que « le réseau a joué son rôle et contribué au succès ».

 

Et 2015 ? Nicolas Mayer-Rossignol fait une réponse de Normand. « On verra ». « Ce n’est pas une question budgétaire mais une question de programmation ».

À lire également

amet, elit. ut mattis risus. mi, et, dictum at quis, felis