Du Vent, du ciel et de la mer… Il y a tout cela dans les images de Jacqueline Salmon. La photographe qui marche sur les traces d’Eugène Boudin expose jusqu’au 23 avril au MuMa, musée d’art moderne André-Malraux au Havre.

 

jacquelinesalmonQuel est le point commun entre Eugène Boudin (1824-1898) et Jacqueline Salmon ? Réponse : les nuages. Après Eugène Boudin, l’atelier de la lumière, le MuMa, musée d’art moderne André-Malraux au Havre consacre une exposition aux photographies de Jacqueline Salmon. Il y a Du Vent, du ciel et de la mer dans la centaine d’œuvres présentées jusqu’au 23 avril. Celles de la photographe, bien évidemment, aussi celles de Boudin, de Cozens, Constable, Howard, Turner qui entrent en dialogue. Ou encore celle de Geneviève Asse avec ce bleu si singulier. Jacqueline Salmon confronte au diptyque de la peintre une photo prise à Myrtle Beach en Caroline du Sud aux Etats-Unis le 7 avril 2010.

 

Pour Annette Haudiquet, conservateur en chef du Patrimoine, directrice du MuMa, Jacqueline Salmon, a « un appétit, une envie à vouloir tout embrasser un territoire. C’est une personne si proche de ce que tous ces artistes ont cherché à représenter. Elle a une curiosité pour ces phénomènes naturels, pour l’éphémère, le fugitif ». Elle a ainsi photographié le ciel, la mer, le port, l’estuaire du Havre. Telle une météorologue, elle a ajouté sur ses clichés des signes indiquant le sens du vent, des courbes symbolisant les pressions, les impacts d’orage. « Je redessine une carte des vents probables à partir des images. Comme une mosaïque », remarque Jacqueline Salmon.

 

Troisième exposition

C’est une nouvelle collaboration entre la photographe et le MuMa. Jacqueline Salmon a déjà exposé au Havre en 2009 dans Les Nuages… Là-bas… Les Merveilleux Nuages, puis en 2011 dans Les Territoires du désir ou les métamorphoses d’un musée imaginaire. Il a fallu la découverte des Livres des orages à la bibliothèque de l’Observatoire de Paris, un ouvrage avec la liste des phénomènes météorologiques sur une période correspondant à celle à laquelle Boudin a peint les ciels. Elle tente alors de dater les tableaux de l’artiste né à Honfleur.

 

Le travail de Jacqueline Salmon mêle photographie et dessin. Elle nomme cela « la photographie mouvante » pour se détacher du réel et créer des ciels fantasmés, des courants marins imaginaires.

 

  • Jusqu’au 23 avril, du lundi au vendredi, sauf le mardi, de 11 heures à 18 heures, les samedis et dimanches de 11 heures à 19 heures, au MuMa, musée d’art moderne André-Malraux au Havre. Tarifs : 5 €, 3 €, gratuit pour les moins de 26 ans et les demandeurs d’emploi. Renseignements au 02 35 19 62 72 ou sur www.muma-lehavre.fr