Florent Mahoukou transmet « My Brazza »

par | 17 février 2021 | Vie culturelle

Les théâtres sont fermés alors le CDN de Normandie Rouen va à la rencontre du public dans les établissements scolaires. Florent Mahoukou vient de terminer une série de représentations de My Brazza, une création très personnelle qu’il a transmise à de jeunes artistes.

Dans My Brazza, Florent Mahoukou dessine « une cartographie de sa vie ». Celle-ci se lit sur son corps qui porte toujours les cicatrices d’une guerre civile, vécue à 16 ans. Le danseur et chorégraphe est né du côté où on assassine. Dans ce Congo-Brazzaville, il a donc fallu « grandir d’un seul coup », surtout sauver sa peau. Après avoir échappé à un massacre, direction alors Pointe Noire, puis la France. Florent Mahoukou narre sa jeunesse, la violence, la fuite, l’errance, les cachettes, la belle énergie de son pays et la danse qui lui a permis de dresser un chemin. 

My Brazza, écrit par Ronan Chéneau et mis en scène par David Bobée, est le portrait sensible d’un artiste, une figure de la danse contemporaine au Congo-Brazzaville. C’est un spectacle imaginé pour être présenté dans une salle de classe. Florent Mahoukou raconte et danse les yeux dans les yeux avec les élèves, vient toucher une main, faire un bras de fer avec l’un d’entre eux et les bousculer sur leur chaise. Quand il s’agit de partager quelques confidences, l’artiste les emmène sous les bureaux.

Avec le CDN de Normandie Rouen, Florent Mahoukou a donné ses dernières représentations de My Brazza au lycée Jeanne d’Arc à Rouen. Six ans après la première, il est venu le temps pour lui de transmettre cette histoire qui émeut les adolescents et les plus grands et cette danse puissante et urbaine qui va puiser dans les traditions et au plus profond de ses sentiments. « J’ai eu envie de faire un break, de rentrer au pays et de m’interroger sur mon art ».

Après Lohick Madiele, c’est Marc-Henry Brissy qui prend le relais pour transmettre ce récit très personnel et intime. « J’ai appris le texte. Je l’ai lu et relu, tel un devoir. Comme je n’ai pas vécu cette histoire, il fallait que je me plonge dedans. Je ne voulais pas que cela sorte de manière machinale. Avec mon parcours, je ne savais pas trop où me placer. Le seul moyen d’y parvenir est de voir et revoir le spectacle. Cela m’a mis au bon endroit. Ce spectacle demande un engagement total ». 

Marc-Henry Brissy reprend sous l’œil de David Bobée My Brazza qui sera reprogrammé au printemps 2021. Quant à Florent Mahoukou, il part tourner un documentaire sur ce chemin parcouru, sur la danse, sur « ces gens qui se débrouillent au Congo-Brazzaville ».

À lire également

nec sem, felis Praesent nunc Donec ultricies eget dapibus ante. neque.