François Depeaux, le mécène des impressionnistes

par | 9 juillet 2020 | Exposition, Normandie Impressionniste

Le musée des Beaux-Arts de Rouen rouvre avec plusieurs expositions présentées dans le cadre de Normandie impressionniste. À voir tout d’abord celle consacrée à la collection de François Depeaux, un industriel et un passionné d’art normand qui a accompagné les artistes impressionnistes, dont Sisley. Elle sera visible samedi 11 juillet et l’entrée sera gratuite.

Un industriel avec des idées généreuses

François Depeaux (1853-1920) est, selon Sylvain Amic, directeur de la Réunion des musées métropolitains, « un capitaine d’industrie, un visionnaire qui a su prendre le pouls de son époque ». Il est issu d’une famille d’entrepreneurs. Son père et ses deux frères ont créé Depeaux frères, une société familiale rouennaise qui va tout d’abord commercialiser des tissus, puis du charbon. En 1878, François Depeaux a 25 ans et se retrouve à la direction de l’entreprise. Il lui donnera un réel élan. Le jeune homme ne consacre pas uniquement son temps à bâtir une fortune. Il mène divers projets, dont le creusement d’un bassin, pour développer l’activité industrielle et nautique. Il achète une mine de charbon à Swansea au pays de Galles. François Depeaux participe enfin à la défense du patrimoine, à la création de bains-douches et d’un restaurant pour les ouvriers du port à Rouen.

Un grand collectionneur

François Depeaux est donc un riche industriel et aussi un passionné d’art. Sa collection comptera jusqu’à 600 tableaux et dessins. « Il voit l’art de son temps naître sous ses yeux. Il achète des œuvres par dizaine. Il s’intéressera également à une deuxième génération d’artistes réunis dans l’École de Rouen », remarque Sylvain Amic. François Depeaux est le premier à posséder une Cathédrale de la série de Claude Monet. De l’artiste de Giverny, il acquiert Rue Saint-Denis, fête du 30 juin 1878. Dans sa collection, on trouve aussi En Été de Renoir, un portrait de sa première épouse, Lise. Il achète 60 toiles à Alfred Sisley qu’il aime tout particulièrement. Le peintre « a même séjourné chez François Depeaux. Quand Sisley meurt, il gère la vente de son atelier pour reverser l’argent à ses enfants ». L’industriel promeut les artistes de sa collection en organisant des expositions à Rouen, à Paris et au pays de Galles. Un jour, François Depeaux prend une décision : il lèguera sa collection à sa ville à partir de 1909. Or, « en 1903, une procédure de divorce est lancée et la collection est mise sous scellés afin qu’elle soit mise aux enchères en 1906. Il y avait de bonnes affaires à faire ! Il en rachètera, avec la complicité de Paul Durand-Ruel, 53 » et les donnera au musée des Beaux-Arts de Rouen. 

Une exposition

Dans le cadre du festival Normandie impressionniste, le musée des Beaux-Arts de Rouen met en lumière pour la première fois une partie de cette riche collection, aujourd’hui dispersée, et un passionné qui a soutenu le mouvement naissant de l’impressionnisme et l’École de Rouen. Cette exposition, François Depeaux, l’homme aux 600 tableaux, donne à voir des grands noms de la peinture, comme Guillaumin, Monet, Renoir, Sisley, Pissaro, Toulouse-Lautrec, dans un décor d’intérieur d’une famille bourgeoise. C’est une entrée dans l’intimité d’un homme qui a préféré le paysage au portrait. 

Infos pratiques

  • Du 11 juillet jusqu’au 15 novembre, tous les jours, sauf le mardi, de 10 heures à 18 heures, au musée des Beaux-Arts de Rouen.
  • Tarifs : 11 €, 8 €.
  • Renseignements au 02 35 98 55 10 ou sur www.mbarouen.fr
  • Le musée est ouvert gratuitement samedi 11 juillet

À lire également

Donec Aliquam vulputate, dapibus et, mattis eget dolor. ut