De La Morue : c’est le titre de la sixième Cartographie de la compagnie Vertical Détour. Frédéric Ferrer qui raconte les bouleversements du monde la consacre à la morue, un poisson qui a disparu des mers. C’est mercredi 8 octobre à L’Éclat à Pont-Audemer.

Frédéric Ferrer a lancé ses Cartographies il y a dix ans. Son but : raconter l’évolution du monde qui modifient les habitats des êtres vivants avec des cartes. « C’est un plaisir incommensurable et renouvelé ». Le comédien est seul en scène, ne joue pas un texte et se plaît dans le costume d’un conférencier, aussi rigoureux que loufoque. « Je suis dans l’oralité. Et cette oralité crée un plaisir très fort. Je dois être là, dans une immédiateté ». Après les canards, les Vikings, le pôle nord le moustique-tigre, la vie extraterrestre, Frédéric Ferrer se penche sur la morue.

« Je suis allé à Saint-Pierre-de-Miquelon pour enquêter sur les frontières maritimes. Elles sont le fruit d’une négociation entre la France et le Canada et complètement absurdes. Là-bas, j’ai rencontré un pêcheur. Ensemble, nous avons parlé de la morue, de sa disparition et des conséquences économiques et sociales qui ont bouleversé la vie de l’archipel. Le sujet s’est alors imposé ».

Un raisonnement par l’absurde

La pêche à la morue a rythmé la vie de nombreux pêcheurs et nourri pendant de nombreuses années. Jusqu’à ce que le poisson, victime d’une industrie intensive, disparaisse des mers. Dans cette conférence, De La Morue, qu’il donne mardi 8 octobre à L’Éclat à Pont-Audemer, Frédéric Ferrer s’interroge : pourquoi la morue a-t-elle disparu et pourquoi ne revient-elle pas ? « Il y a une interdiction de pêcher la morue depuis 1992. Encore aujourd’hui, le stock ne s’est jamais reconstitué ». Deux questions pour aborder les excès du libéralisme, partager le résultat de son enquête menée auprès des pêcheurs et des scientifiques et aussi s’aventurer dans les chemins de l’absurdité.

Pas de militantisme dans cette performance mais un raisonnement libre qui emmène Frédéric Ferrer de la morue jusqu’à la queue-de-pie, Brigitte Bardot, la baguette de pain… L’humour permet des associations d’idées et des raccourcis absurdes.

Infos pratiques