C’est un des quatre Parcours d’artiste que propose le festival Spring jusqu’au 14 avril. Jeanne Mordoj, acrobate, contorsionniste et jongleuse, présente quatre spectacles, complètement différents, Fil-Fil, Forêts, La Poème et La Fresque. Une occasion de découvrir une circassienne pleine d’humour et de fantaisie.

 

Elle a attendu d’avoir 30 ans pour écrire son premier solo. Jusqu’à cette création, Jeanne Mordoj a multiplié les collaborations avec le Cirque Bidon, la compagnie Jérôme Thomas, avec le Trio Maracassé, avec Cahin-Caha. Le cirque a toujours été sa passion. Une « passion immédiate » quand elle découvre les disciplines circassiennes à l’école des Saltimbanques de Chenôve, en Côte-d’Or.

 

3 P’tits Sous, créé en 2000, dessine des portraits de femmes, inspirés de divers voyages. La femme, le féminin restent les thématiques principales du travail de Jeanne Mordoj. « Depuis ce spectacle, je n’ai jamais cessé de développer un langage ». L’artiste mêle la performance, la poésie, l’humour, l’ironie et un brin de colère. Dans ce riche parcours, le solo a été une étape essentielle. « Il fallait que je passe par là pour toucher des choses intimes, pour imaginer mon propre vocabulaire. Et ça, je ne pouvais pas le partager. Cela devait traverser mon corps ».

 

Jeanne Mordoj n’est pas une inconnue en Normandie. Elle a présenté toutes ces créations à La Brèche à Cherbourg. « C’est un partenariat qui n’a jamais cessé ». On l’a vue également au cirque-théâtre à Elbeuf avec Éloge du poil, son troisième solo. Le festival Spring qui devient cette année normand, la plateforme 2 Pôles cirque qui regroupe les deux lieux lui ouvre un Parcours d’artiste. « C’est un beau cadeau. Cela me permet de présenter les multiples facettes de mon travail ». A l’affiche : quatre spectacles de Jeanne Mordoj, Fil-Fil, Forêts, La Poème et La Fresque.

 

Fil-Fil est sa première création pour le jeune public, écrite pour des artistes de l’Académie Fratellini. Sur le plateau, une fildefériste et deux acrobates au sol qui imaginent des jeux avec un fil. « Pour écrire ce spectacle, j’ai beaucoup observé les enfants. Comme eux, ils jouent. Ils inventent. C’est très ludique ».

 

Autre ambiance avec Forêts qui sera donné dans l’abbaye du Mont-Saint-Michel. Jeanne Mordoj est accompagnée du violoniste Mathieu Werchowski pour cette déambulation improvisée dans le monument historique. « C’est un objet spécifique pour cet endroit ». Jeanne Mordoj évolue dans la « forêt de piliers » au milieu de bambous, de dessins, sous les gargouilles féminines. Il est en effet à nouveau question du féminin dans cette performance.

 

Encore et toujours dans La Fresque, puis La Poème, une histoire courte. Sans mots. Juste quelques onomatopées et des cris pour raconter l’origine de l’humanité et aussi le désordre. « C’est un travail sur la liberté, sur le corps, sur le jeu autour du corps ». Une véritable métamorphose, « comme si cette femme était soumise à des mouvements intérieurs ». Jeanne Mordoj se transforme en une poule qui va devenir un monstre. Elle gobe des œufs, les crache, les pond. Elle utilise les jaunes comme peinture. Jeanne Mordoj refait l’histoire avec beaucoup d’ironie.

 

 

 

La tournée pendant Spring

Fil-Fil

  • Jeudi 16 mars à 17 heures à la salle Henri-Savalle à Darnétal. Gratuit
  • Vendredi 17 mars à 18 heures à la salle communale d’Épinay-sur-Duclair. Gratuit
  • Samedi 18 mars à 11 heures à la salle polyvalente à Gouy. Gratuit
  • Samedi 18 mars à 16h30 à la salle polyvalente Bouchor à Freneuse. Gratuit
  • Dimanche 19 mars à 11 heures à la salle Pierre-de-Coubertin à Anneville-Ambourville. Gratuit
  • Dimanche 19 mars à 16h30 à la salle polyvalente Roger-Pasquise à Sahurs. Gratuit

 

Forêts

  • Vendredi 17 mars à 20h30 à l’abbaye du Mont-Saint-Michel.

 

La Fresque / La Poème

  • Dimanche 2 avril à 17 heures au palais des Congrès à Oissel. Gratuit