Kev Adams et Franck Dubosc sont venus jeudi 16 janvier dans les cinémas rouennais pour présenter Fiston, un film de Pascal Bourdiaux qui sortira mercredi 12 mars. Avant la projection du film, les deux humoristes avaient devant eux un public conquis d’avance.

 

DSCF0625Il y a une complicité touchante entre Franck Dubosc et Kev Adams, que ce soit à l’écran soit en dehors de l’écran. Pascal Bourdiaux, réalisateur de Un Gars, une fille, les a réunis dans Fiston, une comédie sentimentale sur un sujet que les deux humoristes s’emparent avec gourmandise dans leur travail personnel. Séduire et séduire encore. Ce qui permet à l’un de se moquer de l’inexpérience et de la maladresse de l’autre et au second d’ironiser sur l’âge plus avancé du premier.

 

Sans jouer le père et le fils, Franck Dubosc et Kev Adams s’amusent de leur différence d’âge, du décalage de leur langage et de leur style vestimentaire. Le duo fonctionne. Les deux comédiens savent défendre ce film qui va séduire les fans de Kev Adams, (Alex) étudiant timide et amoureux de Sandra Valenti depuis l’âge de 7 ans. Il cherche tous les moyens pour aborder celle qui est à ses yeux la fille la plus jolie du monde et va se retrouver bien évidemment dans des situations chaotiques. Pour parvenir à ses fins, il va faire appel à Antoine, écrivain qui vit reclus dans la campagne et qui a séduit la mère de la belle Sandra. Il y a dans ce film le Kev Adams que l’on connaît sur scène et dans la série Soda et aussi, juste dans une scène de danse, un garçon vraiment amoureux au regard doux. Les fans de Franck Dubosc vont aimer ce séducteur d’un autre siècle dont les recettes ont été et restent encore indigestes.

 

Savoir aimer

Fiston évoque bien sûr la difficulté d’aimer mais surtout la réconciliation avec soi-même. « Je ne voulais pas être dans l’ado séducteur. Ce personnage vit dans sa bulle. Il a des blessures. Ce gamin a grandi sans son père et il n’a jamais fait le deuil de cela », commente Kev Adams.

 

Quant à Franck Dubosc, il n’avait « pas envie de jouer le prof séducteur. Nous serions vite partis à l’échec parce qu’il n’y a pas de façon de séduire ». Les deux comédiens se transforment au fil des scènes. L’un quitte cet ado solitaire perdu dans un sur-vêt’ trop large  et l’autre le vieux con coincé dans son pull à col roulé. Pour devenir des amoureux épanouis.

Sur l’amour, Kev Adams et Franck Dubosc sont intarissables. « J’ai été amoureux. Deux fois, je me suis fait tèj. Ces relations avaient duré un an et un an et demi. Ce sont des relations qui ont beaucoup compté. Cela m’a forgé et m’ont prouvé que l’on peut être sensible. A chaque fois, j’ai pleuré, j’étais tout tremblant. Je me disais dans ma tête : un jour, je serai connu et vous le regretterez… La vie fait bien les choses ».

 

« Je me retrouve dans Kev même si on n’a pas les mêmes outils pour draguer. Il a Twitter alors que je devais attendre la série de slows. Moi aussi, j’ai été jeune, un romantique, un amoureux. Comme lui, tout cela m’a forgé. Après je suis devenu un niqueur… », s’amuse Franck Dubosc qui n’a jamais pu faire des choses folles par amour. « J’ai toujours été un peu lâche sur ce plan-là ». Un peu comme ce personnage d’Antoine qui préfère se terrer pendant vingt ans dans une maison de campagne au lieu de dire je t’aime à la femme de sa vie.

 

  • Fiston de Pascal Bourdieux avec Kev Adams, Franck Dubosc, Héléna Noguerra, Valérie Benguigui, Nora Arnezeder… Sortie le 12 mars

 

Kev Adams est en tournée avec son spectacle Voilà, voilà

Franck Dubosc est A l’état sauvage dans toute la France.