Le festival de musique ancienne durera 9 jours

par | 28 juillet 2020 | Vie culturelle

Il y aura une édition 2020 du festival de musique ancienne. L’Académie Bach propose neuf concerts entre les 17 et 25 août en l’église d’Arques-la-Bataille.

Reporter ou annuler ? La question s’est posée pendant plusieurs semaines. « La décision a été longue à prendre. Au début de la crise sanitaire, rien n’était possible. Jusqu’en mai, il n’y avait aucune perspective. Nous avons préféré être patients. En juin, une programmation était possible avec des mesures de précaution. Nous l’avons alors réaménagée ».

Le festival de musique ancienne aura bien lieu à Arques-la-Bataille. Pour cette édition 2020, le directeur, Jean-Paul Combet, a ainsi revu sa copie. Les changements : le festival sera plus long, 9 jours, et se tiendra entre le 17 et le 25 août mais il n’y aura qu’une seule proposition artistique chaque jour au lieu de trois ou quatre. Et ce sera un concert en un même lieu, l’église d’Arques-la-Bataille « pour simplifier la circulation des artistes, du public et les questions de régie ».

Sur l’orgue d’Arques-la-Bataille

Le festival de musique ancienne commence avec une mise en valeur de l’orgue de l’édifice qui « a vu naître l’Académie Bach, des ensembles et des initiatives ». Accompagné de l’organiste Fabien Armengaud, le ténor Jean-François Novelli de l’ensemble Sébastien de Brossard ouvre la bibliothèque imaginaire de Jean-Baptiste Matho (1655-1730), taille de la chapelle royale, où étaient rangées les partitions de Henry Dumont, Louis Couprin, Marc-Anoine Charpentier, Daniel Danielis, Sébastien de Brossard… 

La voix tient également une place toute particulière avec Les Épopées qui réunissent Stéphane Fuget, Julien Léonard et la soprano, Claire Lefilliâtre dans un répertoire invitant à Laisser durer la nuit. Vox Luminis, avec un petit effectif, fait son retour au festival de musique ancienne avec des motets et pièces d’orgue de Johann Sébastian Bach. Tasto Solo a choisi des partitions anonymes de la fin du Moyen-Âge.

Hélène Schmitt qui clôt le festival a une passion pour les musiques germaniques et italiennes. Seule au violon, elle se promène dans les répertoires de Telemann, Baltzar, Kreisler et reprend deux pièces de Florentine Mulsant, compositrice contemporaine, qui lui sont dédiées.

Des fidèles

Des fidèles sont à l’affiche de l’événement musical d’Arques-la-Bataille. Comme Les Musiciens de Saint-Julien qui créent Trilogue. Entouré de Lucile Boulanger, viole de gambe, et Justin Taylor, clavecin, François Lazarevitch, flûtes, mêle répertoire baroque et création contemporaine. L’Armée des romantiques se consacre à Franz Schubert avec deux trios pour piano, violon et violoncelle Opus 99 et 100. Quant au pianiste Pierre Hantaï, il garde secret son répertoire, dédié cependant à Bach.

La fidélité envers les artistes est dans l’ADN de l’Académie Bach. « La période difficile que nous avons tous traversée nous a amenés à réfléchir. Nous sommes arrivés à cette conclusion : le festival n’est pas un catalogue de ce qui est à la mode, de ce qui se présente. C’est une réflexion sur la façon de faire de la musique. Par exemple, Pierre Hantaï mène un travail de fond , de recherche sur le langage musical, sur la nature de la musique. Si on peut espérer avoir un avenir, nous devons renforcer les relations, fortes et amicales, que nous entretenons avec les artistes ». Tels que Vox Luminis, déjà programmé en 2021, puisque la Passion selon Saint-Jean de Bach n’a pas pu être interprétée cette année.

Infos pratiques

  • Du 17 au 25 août à 20 heures (21 heures le 22 août) à l’église d’Arques-la-Bataille.
  • Tarifs : de 20 à 10 €, gratuit pour les moins de 18 ans.
  • Réservation au 02 35 04 21 03 ou sur www.academie-bach.fr

Le programme

  • Lundi 17 août : Silentium par l’ensemble Sébastien de Brossard, avec Jean-François Novelli et Fabien Armengaud
  • Mardi 18 août : Il Violina Suona par Clematis avec Stéphanie de Failly, Amandine Solano et Brice Sailly
  • Mercredi 19 août : Laissez durer la nuit par Les Épopées avec Claire Lefilliâtre, Julien Léonard et Stéphane Fuget
  • Jeudi 20 août : Trilogue par Les Musiciens de Saint-Julien avec François Lazarevitch, Lucile Boulanger et Justin Taylor
  • Vendredi 21 août : Les Divines Longueurs par L’Armée des romantiques avec Girolamo Bottiglieri, Emmanuel Balssa et Rémy Cardinale
  • Samedi 22 août : Quoi de neuf ? Bach ! Par Pierre Hantaï
  • Dimanche 23 août : Jesu Meine Freude par Vox Luminis et Bart Jacobs
  • Lundi 24 août : La Flor en paradis par Tasto Solo avec Ann-Kathryn Olsen, David Mayoral et Guillermo Pérez
  • Mardi 25 août : Nectar (rêveries et ivresses autour du violon seul) par Hélène Schmitt

À lire également

Donec eget Curabitur dolor libero consectetur nec velit, at ipsum quis