Le musée des Beaux-Arts raconte « La Naissance du cirque »

par | 20 décembre 2021 | A la une, Exposition

Ce 9e Temps des collections, Cirque & Saltimbanques, expose la collection exceptionnelle de deux passionnés, Jeanne-Yvonne et Gérard Borg. Jusqu’au 17 mai, le musée des Beaux-Arts de Rouen retrace La Naissance d’un art.

Entre Rouen et le cirque, il y a une longue histoire. La ville a non seulement accueilli de nombreuses troupes mais elle a eu sur son territoire un cirque d’hiver imposant, construit en 1894 et démoli en 1973 place du Boulingrin. Pendant ce 9e Temps des collections, Cirque & Saltimbanques, la réunion des musées métropolitains rouennais présente une des plus importantes collections privées, celle de Jeanne-Yvonne et Gérard Borg, deux passionnés de cirque. 

Au musée des Beaux-Arts, le parcours commence avec La Naissance d’un art. « Le cirque et ses artistes ont très tôt été une source d’inspiration pour les plasticiens. C’est une traversée de l’histoire du cirque à partir de 1760 », remarque Diederik Bakhuÿs, , conservateur et commissaire de l’exposition qui se tient jusqu’au 17 mai. 

Magique et tragique

On entre dans ce Temps des collections comme dans un chapiteau de cirque pour découvrir le décor et l’envers de ce décor. Première scène : l’arrivée dans les villes, un moment de joie avec les parades, représenté dans plusieurs peintures. C’est aussi l’occasion d’installer des affiches, très grandes et colorées. 

Le cirque est avant tout une histoire et de femmes et d’hommes, avec les premiers bateleurs et saltimbanques. « Cette vie sociale de nomades a fasciné les plasticiens qui voyaient là leurs doubles. Ils se considéraient comme des marginaux. Il y a des œuvres fortes et mélancoliques », ajoute Diederik Bakhuÿs. Les peintres racontent la vie dans la rue, la fragilité et la souffrance de ces artistes, la dureté d’un métier qui ne pardonne pas la moindre erreur, l’exploitation des enfants. L’exposition au musée des Beaux-Arts revient également sur l’architecture des cirques en dur, la tradition du cirque équestre avec les numéros d’acrobatie et voltige, de domptage de fauves, d’éléphants ou de singes, plus tard les prestations des clowns. 

Peintures, dessins, affiches, photographies et objets racontent cette vie bouillonnante, parfois magique et à d’autres instants, tragique. Ces œuvres laissent entrevoir un univers sans cesse en mouvement et toujours attaché à une certaine tradition, des corps puissants qui doivent aller au-delà de leurs limites. Avec le cirque, les couleurs sont vives et l’imaginaire, débordant.

© collection Y.L. et G. Borg

© collection Y.L. et G. Borg

© collection Y.L. et G. Borg

© collection Y.L. et G. Borg

© collection Y.L. et G. Borg

Fernand Léger, Le Cirque Medrano, 1918, huile sur toile / centre Pompidou, musée national d’art moderne, Paris

Albert Gleizes, L’Écuyère, 1920-1923, huile sur toile, huile sur toile / centre Pompidou, musée national d’art moderne, Paris

Infos pratiques

  • Jusqu’au 17 mai, tous les jours, sauf le mardi, de 10 heures à 18 heures au musée des Beaux-Arts à Rouen
  • Entrée gratuite
  • Renseignements au 02 35 71 28 40 ou sur www.mbarouen.fr

À lire également

Flaubert, en résumé

Flaubert, en résumé

Flaubert, c’est… tel est le titre d’une exposition en forme de rétrospective...