Oswald Sallaberger et sa Maison illuminée accueillent la Maîtrise du conservatoire dimanche 13 octobre à l’abbaye à Saint-Martin-de-Boscherville pour interpréter le Requiem de Fauré.

Le Requiem de Gabriel Fauré (1845-1924) ne ressemble à aucun autre. Le compositeur s’est en effet libéré de quelques conventions, rompant ainsi avec la tradition. Cette partition a été écrite à partir de 1888, juste après la disparition de ses parents. Néanmoins, le pianiste et organiste, également maître de chapelle à La Madeleine à Paris, a accompagné de nombreux obsèques et n’a pas caché son souhait de faire entendre d’autres requiems. 

Pour Gabriel Fauré, la mort était « une délivrance heureuse ». Il a défini son requiem comme « une berceuse de la mort ». Il a composé une musique pour chœur et orchestre qu’interprète dimanche 13 octobre la Maison illuminée, dirigée par Oswald Sallaberger, avec la Maîtrise du conservatoire de Rouen. Cette œuvre lumineuse doit emmener vers une paix intérieure.

Au Requiem de Fauré, Oswald Sallaberger ajoute Lacrimae, Seven Tears de John Dowland (1563-1626). Ce sont sept variations empreintes de mélancolie, traduisant la complexité des sentiments.

Infos pratiques

  • Dimanche 13 octobre à 17 heures à l’abbaye à Saint-Martin-de-Boscherville.
  • Tarifs : 15 €, 10 €, gratuit pour les moins de 18 ans.
  • Réservation au 06 86 44 01 60 à lamaisonilluminee@yahoo.fr ou sur place le jour du concert