photo Steve Appel

photo Steve Appel

On a récemment beaucoup parlé du Sacre du printemps de Stravinsky. Le 29 mai 1913, il y a tout juste cent ans, le compositeur créait au théâtre des Champs-Elysées à Paris cette pièce, chorégraphiée par Vaslav Nijinski. Ce fut l’un des plus grands scandales artistiques car le spectacle a choqué plus d’un esprit. Depuis, nombre de chorégraphes, comme Maurice Béjart, Pina Bausch,  Angelin Preljocaj, Sasha Waltz, se sont emparés de cette musique.

Georges Momboye qui sera samedi 1er juin au Théâtre des Arts apporte sur cette œuvre son regard empreint de culture africaine. Chorégraphe d’origine ivoirienne, il a grandi avec la danse africaine, puissante et énergique, s’est ouvert des horizons avec une formation en jazz, classique et contemporain, suivie aux Etats-Unis. Georges Momboye, danseur généreux, possède une immense technique et évolue avec une précision étonnante. Sa prestation dans Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy est saisissante. Chorégraphe, il a su imposer un style singulier. Dans Le Sacre du printemps, écrit pour quatorze danseurs, il réussit une alliance entre une vision occidentale et les traditions africaines.

 

  • Samedi 1er juin à 19h30 au Théâtre des Arts à Rouen.
  • Tarifs : de 20 à 12 €. Réservations au 02 35 98 74 78.