Les collectifs d’occupation des théâtres maintiennent leur mouvement

par | 6 mai 2021 | covid-19

Les mouvements d’occupation des théâtres ne s’arrêtent pas avec leur réouverture, prévue le 19 mai. La raison : une seule revendication a été entendue.

Lors de l’assemblée générale qui s’est tenue ce mardi 4 mai, les membres de Cultures en luttes – Occupation Rouen ont voté la poursuite de leur action au théâtre des Deux-Rives à Rouen. Celles et ceux d’Occupation Le Havre au Volcan ont pris la même décision. La mobilisation se poursuit dans la centaine de lieux culturels en France. Toutes et tous resteront dans les théâtres « même s’ils rouvrent. Cela a été un point important de notre discussion. Nous ne pouvons pas nous arrêter là. Cela n’a pas de sens », remarque Amélie Chalmey, comédienne, metteuse en scène et fondatrice d’Alchimie Compagnie.

Jusqu’alors, une seule revendication a été entendue : le président de la République a annoncé la réouverture des lieux culturels à partir du 19 mai. Quant aux autres, comme la prolongation de l’année blanche, l’élargissement du régime de l’intermittence, la suppression de la réforme de l’assurance chômage, la création d’un RSA pour les jeunes de 18-24 ans, c’est toujours le silence depuis le début du mouvement.

Un relais, toujours

Après une cinquantaine de jours d’occupation, la motivation reste intacte. Au Havre, « nous avons eu un regain après les vacances scolaires. Les personnes se relaient et les belles initiatives se poursuivent », indique Doris Le Mat-Thieulen. À Rouen, « il y a un bon relais, des personnes fidèles et des nouvelles qui viennent. Notamment des gens qui ne sont jamais entrés dans un théâtre. Nous accueillons tout le monde et nous accueillons comme si nous étions chez nous, tout simplement. Après l’annonce de la réouverture, nous avons eu un petit mot dans la boîte aux lettres. Une personne n’avait pas hâte de voir les théâtres rouvrir partie qu’elle n’allait plus se sentir la bienvenue. Or, un théâtre est un lieu public », indique Amélie Chalmey.

L’occupation se poursuivra donc pendant les résidences et les représentations de cette fin de saison. Il n’est pas question de gêner l’activité dans les théâtres. Les luttes continuent. Comme les actions dans l’espace public. Les deux collectifs proposent le même événement, vendredi 7 mai à Rouen et samedi 8 mai au Havre. Il s’agit d’élaborer un tableau vivant, inspiré du Radeau de la Méduse de Géricault, pour évoquer un futur naufrage. Musiciennes et musiciens, chanteuses et chanteurs, maquilleuses et maquilleurs, médiatrices et médiateurs, public sont attendus.

Infos pratiques

  • Vendredi 7 mai à 9 heures : départ du théâtre des Deux-Rives à Rouen vers un lieu encore tenu secret
  • Samedi 8 mai à 14 heures : départ de la déambulation du Volcan au Havre vers la plage
  • Dimanche 9 mai à 18 heures : livestream de Pete Doherty avec Occupation Le Havre

À lire également