Les mondes mystérieux de Juliette Agnel

par | 27 octobre 2021 | Exposition, Flaubert

Dans ses images, il y a des ruines éclairées par un ciel parsemé d’une multitude d’étoiles. Sont-ce des paysages rêvés ou réels ? Le mystère est entier avec Juliette Agnel qui expose Au Fil du Nil, jusqu’au 30 novembre à l’abbaye de Jumièges.

Juliette Agnel a parcouru 800 kilomètres le long du Nil au Soudan. Pendant sept jours, de la cité antique de Méroé jusqu’au sud de l’Egypte, elle a traversé des « lieux immaculés de tourisme. J’étais seule devant des monuments, des ruines, des vestiges. J’avais un rapport assez unique avec ces paysages ». Elle a aussi dormi dans ce désert. La journée, elle photographiait ces espaces reculés, désertiques et arides avec des roches modelées par le temps et des pyramides ou des colonnes de pierres. La nuit, elle s’intéressait aux ciels éclairés de mille étoiles.

Elle a ensuite réalisé un montage des images des deux séries, diurnes et nocturnes, en confrontant deux paysages et deux lumières. Les mondes de Juliette Agnel deviennent très mystérieux, lunaires, voire surnaturels, avec ces vestiges placés sous une voute céleste immense et scintillante. « C’est comme une Atlantide du Soudan », qu’elle raconte dans cette exposition, Au Fil du Nil, présentée jusqu’au 30 novembre à l’abbaye de Jumièges.

La série photographique de Juliette Agnel est mise en miroir avec les images de Maxime Du Camp prises lors de son voyage en Orient avec Gustave Flaubert et celles de John Beasley Greene, Aymard Athanase de Banville, Francis Frith et Léon Méhédin qui a inventé la technique du panorama.

Infos pratiques

  • Jusqu’au 30 novembre, tous les jours, de 9h30 à 13 heures et de 14h30 à 17h30, à l’abbaye de Jumièges
  • Tarifs : 7,50 €, 5,50 €, gratuit pour les moins de 26 ans, les bénéficiaires de minima sociaux et personnes handicapées
  • Renseignements au 02 35 37 24 02 ou sur www.abbayedejumieges.fr

À lire également