Lors des Pluriels, festival culturel organisé par les étudiants en licence professionnelle de conception et mise en œuvre de projets culturels, Dupin & Duclos vont réaliser une performance plastique. Ils ont à peine trois jours, du 26 au 28 mars, pour dessiner une ville imaginaire.

 

Il n’y a pas de villes qui les font fantasmer. Si Corentin Duclos habite en ville pour les besoins de ses études, Jordane Dupin, graphiste designer, s’est réfugié à la campagne. « En fait, j’aime la nature. Néanmoins, en ville, ça bouge plus ». Les deux garçons forment le duo de dessinateurs Dupin & Duclos. « Tout a commencé pendant nos études à Lisaa. Nous dessinions ensemble des cadavres exquis. Pour un work-shop, intitulé Free Hill Island, nous avons commencé à représenter des villes », raconte Jordane Dupin.

 

Depuis, ils n’ont jamais cessé. Dupin & Duclos dessinent des villes imaginaires, de tailles et d’époques diverses, avec des architectures différentes. « Nous n’avons pas fait d’études d’architecture. Nous avons été amenés à nous documenter sur les bâtiments, sur les styles afin que nos villes soient multi-culturelles. Cela nous intéresse beaucoup de tout mélanger ».

 

Le point commun : elles sont toutes désordonnées et fourmillent de mille détails. Si désordonnées et oppressantes que les habitants ont déserté. « Ce ne sont pas des villes rêvées mais au bord de l’explosion » pour évoquer la sub-urbanisation. Il n’y a donc pas de présence humaine dans les dessins.

 

Durant Les Pluriels, Dupin & Duclos réaliseront une nouvelle ville. Une performance pour ces deux artistes qui dessinent à l’encre de chine chacun leur tour. « Nous avons pris cette habitude il y a longtemps. Déjà, en cours de français, lorsque nous nous ennuyions, nous dessinions sur une feuille chacun notre tour, sans savoir ce que l’autre allait faire ». La difficulté : trouver une harmonie. Au fil des créations, le duo l’a trouvée. « Il y a peu de différences entre nos deux traits. A la fin, on ne reconnaît plus ce que l’on fait nous-mêmes ».

 

  • Jeudi 26 mars de 19h30 à 20h30 à Guidoline, rue Molière à Rouen.
  • Vendredi 27 mars en déambulation de 14 heures à 17 heures dans le centre ville de Rouen.
  • Samedi 28 mars de 14 heures à 17 heures dans les jardins de l’hôtel de ville de Rouen
  • Gratuit

 

Le programme des Pluriels

Jeudi 26 mars

  • de 19h30 à 20h30 à Guidoline, rue Molière à Rouen
  • à 20h30 à Guidoline : concert de Nadjé et magie de Jonathan Renoux

Vendredi 27 mars

  • de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18 heures à l’office de tourisme de Rouen : exposition Regards itinérants. Entrée libre.
  • de 14 heures à 17 heures déambulation dans le centre ville de Rouen : performance de Dupin & Duclos, concert de Kasper et magie avec Jonathan Renoux
  • De 18 heures à 19 heures : La compagnie Les Mains dans les poches à l’ENSA Normandie, rue Lucien-Fromage à Darnétal
  • De 19 heures à 19h45 : conférence de Fabrice Ricque sur l’arrivée du cinématographe à Rouen à l’ENSA Normandie, rue Lucien-Fromage à Darnétal
  • De 20h30 à 21h30 : ciné-concert Freaks par Laurent Pontoizeau à l’ENSA Normandie, rue Lucien-Fromage à Darnétal

 

Samedi 28 mars

  • de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18 heures à l’office de tourisme de Rouen : exposition Regards itinérants. Entrée libre.
  • à 11 heures : La Rose et le musicien par la compagnie Les Grandes Z’Oreilles au théâtre du Présent à Mont-Saint-Aignan
  • à 11 heures : ouverture de la Roulotte Scarabée dans les jardins de l’hôtel de ville de Rouen et rencontre avec des artistes
  • à 14 heures et 17 heures : La Corde et On de la compagnie Hydragon dans les jardins de l’hôtel de ville de Rouen
  • de 14 heures à 17 heures dans les jardins de l’hôtel de ville de Rouen : performance de Dupin & Duclos
  • de 18 heures à 20 heures : déambulation des jardins de l’hôtel de ville de Rouen jusqu’au 3 Pièces avec la fanfare Gipsy Pigs
  • à 20h30 : Audrey et les Faces B et dj Berb au 3 Pièces. Tarifs : 5 €, 3 €.