Les trésors du Covid-Grenier des Vibrants Défricheurs

par | 14 mai 2020 | Vie culturelle

Ce sont les Covid-Grenier des Vibrants Défricheurs. Là, pas d’objets culturels au rabais. Rien n’est démodé. C’est une plongée dans l’univers d’un collectif très actif.

Les Vibrants Défricheurs ont toujours su improviser. Avec l’arrivée de la pandémie en France, le collectif rouennais, privé de concerts et de spectacles, est allé faire un tour dans ses archives. Il a déroulé le fil de ces dix dernières années pour se plonger dans les créations des 20 artistes qui forment depuis quinze ans les Vibrants Défricheurs. 

Depuis plusieurs semaines, le Covid-Grenier est ouvert sur les réseaux sociaux. Une occasion de se retrouver sous Le Perce-Plafond, un concert de musique improvisée illustré d’images animées pour se plonger dans un univers onirique. Il y a aussi les Murmures Machines d’Antoine Berland et Denis Brély, un orchestre étonnant construit avec de multiples jouets et autres objets improbables. Antoine Berland, encore, qui s’intéresse aux voix a imaginé des Portraits sonores dessinés dans sa cabine bleue. Quant à Fred Jouhannet, il invite à ses Concerts monstrueux avec un répertoire du Caucase. YOU fait également partie des Vibrants Défricheurs et partagent ses grands espaces sauvages. Tout comme King Biscuit qui emmène sur les traces d’un blues grunge avec Hammer it !, son deuxième album.

En tout, 9 Covid-Greniers sont à découvrir jusqu’à présent. « C’est un moyen de se rendre compte du chemin parcouru, de faire un état des lieux, de se remémorer quelques souvenirs. Comme lorsque l’on ressort des photos de famille. Pendant ces années, les choses sont allées un peu vite. Nous avons chacun un œil sur les créations des Vibrants Défricheurs mais nous n’avons parfois pas assez de temps pour les regarder en profondeur ».

Antoine Berland, un des Vibrants Défricheurs

Un collectif soudé

À ces extraits de concerts, Les Vibrants Défricheurs ajoutent le conte musical de Postam, la vache sans tache qui est rejetée, moquée par le reste du troupeau et cherche des solutions pour ressembler à tout le monde. Une histoire racontée en musique et à partir des dessins réalisés par les enfants. « C’est un projet qui date de 2013 et a ressurgi, remarque Antoine Berland. Nous n’étions jamais allé jusqu’au bout et il était en train de dormir dans les disques durs ». Sans oublier le Cas d’havres exquis, un relais musical avec des règles précises pour les 20 Vibrants Défricheurs. Chacun a joué pendant 15 secondes et devait transmettre au suivant les 5 dernières secondes qu’il a improvisées.

Les Vibrants dénicheurs restent toujours aussi inventifs et créatifs. Depuis le début du confinement, « nous sommes très soudés, rappelle le musicien. Nous vivons dans un marasmes administratifs avec les annulations, les éventuels reports, les reports des reports. Tout est très flou et il faut jongler avec cela. Notre priorité est de trouver des solutions pour chacun. Nous sommes dans une continuité de réflexion ».

photo : les Murmures Machines d’Antoine Berland et Denis Brély © Marion Nabais

À lire également

velit, in ante. et, eget dolor