Lors des concerts de l’Armada, l’orchestre de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie a toujours sa place. Il joue dimanche 7 juin un répertoire inédit pour lui. Celui-ci est consacré aux Beatles et est interprété avec les Bootlegs Beatles. Première impression avec Luc-Marie Aguéra, premier violon.

photo Annelise Varaldiev

photo Annelise Varaldiev

Est-ce la première fois que vous interprétez des chansons des Beatles ?

L’orchestre de l’Opéra de Rouen/Haute-Normandie a déjà participé à divers projets. Les Beatles, c’est une grande première. Pour moi aussi, c’est une grande première. Nous jouons une musique emblématique qui a marqué le monde entier en quelques années. D’habitude, nous interprétons des musiques, composées il y a des siècles, qui restent des symboles vivants de ce que la culture classique a apporté.

Quant avez-vous commencé à écouter les Beatles ?

Les musiques des Beatles m’ont bercé assez jeune. Néanmoins, je me suis dirigé très tôt vers la musique classique. Chez moi, il y avait des moments où l’on passait les disques des Beatles. Cela faisait partie des enregistrements que l’on entendait à la maison.

Quels souvenirs vous laissent les titres des Beatles ?

C’est assez incroyable. Les titres ont marqué tous les anglophones et ont été aussi partagé par des gens qui n’étaient pas anglophones. Les Beatles avaient un génie mélodiste. Leur musique parle en elle-même. Elle a un caractère unique. Tout cela a été partagé par la jeunesse du monde entier et ce, en quelques années. Il y a une espèce d’universalité.

Comment expliquez-vous cela ?

Les Beatles avaient une vision de la musique. De plus, le groupe réunissait deux génies, John Lennon et Paul McCartney. Sur quatre musiciens, cela fait beaucoup. Ils étaient à la croisée des chemins, entre un phénomène de société et le génie musical. Ils ont su laisser une empreinte sur la sociologie de l’époque. Et ça va continuer. Ils tiennent vraiment une place à part. Je les adore. Ils sont vraiment extraordinaires. Il ne faut pas oublier qu’ils sont sortis d’un garage de Liverpool.

Est-ce que vous écoutez souvent les chansons des Beatles ?

Je les écoute de temps en temps. J’ai des enfants dont une fille qui est une passionnée des Beatles.

Y a-t-il une chanson que vous préférez ?

Il y en a beaucoup. Je ne vais être original. J’aime les standards comme Yesterday, Let it be et aussi Back in the USSR. Il y a une pêche incroyable dans cette chanson.

Est-ce facile de jouer leur musique ?

Ce sont des arrangements écrits par le chef David Firman. Il y a dans la musique des Beatles une orchestration qui est presque une évidence. Ils ont utilisé des instruments à cordes et à vents. Il n’y a pas seulement la voix, les guitares et la batterie. Les Beatles étaient des orchestrateurs dans l’âme qui respectaient des instruments, leurs sonorités classiques. En ce sens, ce concert est un hommage aux Beatles. Ce n’est pas une trahison.

  • Dimanche 7 juin à 19h30 quais rive droite à Rouen.
  • Concert gratuit. Première partie : Amaury Vassily.