Christian Clères revient à la littérature. Après Michel Bussi, le scénariste et réalisateur rouennais s’est intéressé à un écrivain d’un autre genre, Marcel Proust (1871-1922). Il l’affirme dans le titre de son nouveau film documentaire, J’aime pas Proust, pour mieux nous le faire aimer. C’est à découvrir samedi 12 octobre à l’Omnia à Rouen et lundi 28 octobre à la télévision.

Proust, c’est avant tout un style unique, La particularité : la construction de longues phrases dans lesquelles l’auteur français décrit avec une justesse des émotions, des sentiments, une réalité vécue, une sensibilité, des souvenirs intacts. Son œuvre, À La Recherche du temps perdu, composée de sept romans, emmène dans les méandres de la pensée et offre une plongée dans les arts.

Au fait, qui aime Proust ? À cette question, Christian Clères répond sans hésiter : « non, je n’aime pas Proust. Je n’arrive pas à lire un livre de Proust. J’ai essayé plusieurs fois mais je n’y suis jamais arrivé ». Ça, c’était avant. Avant de rencontrer des Proustiens ! Christian Clèves confie avoir lu 600 pages sur les 1 000 d’À La Recherche du temps perdu. « Quand on lit Proust, il faut respecter la ponctuation. Tout devient fluide, limpide. C’est très musical ». Le scénariste et réalisateur rouennais est allé encore plus loin puisqu’il a écrit un film documentaire sur Marcel Proust.

Beaucoup d’humour

Pour cela, il a rencontré des inconditionnels de l’auteur qui a reçu le prix Goncourt en 1919 avec À L’Ombre des jeunes filles en fleurs. Parmi eux, il y a L’écrivain, Philippe Delerm, très drôle, le biographe Jean-Yves Tadié, intarissable. Tous parlent de l’homme, de sa vie, de ses romans avec simplicité et humour. Tous parviennent à démystifier Proust et à convaincre qu’il est essentiel de consacrer du temps à cette œuvre exceptionnelle.

J’aime pas Proust, c’est le titre un brin provocateur de ce film documentaire très réussi, bien construit, projeté samedi 12 octobre à l’Omnia à Rouen avant une diffusion à la télévision le 28 octobre. Christian Clères se fait le guide, invite à le suivre dans ce parcours thématique dessiné avec des galets représentant le visage de Proust, à diverses époques de sa vie, peint par Jean-Marie Chatelier. Il emmène à Paris, à Illiers-Combray et à la maison de tante Léonie, puis à Cabourg où il séjourna dans le Grand Hôtel.

Musicale, l’écriture de Proust ? Christian Clères l’affirme et le démontre. J’aime pas Proust est ponctué d’extraits d’À La Recherche du temps perdu mis en voix par le rappeur Hassan Guaid. Des reprises inattendues mais délicieuses. Longtemps, je me suis couché de bonne heure… 

Infos pratiques

  • Projection en présence de Christian Clères samedi 12 octobre à 11 heures au cinéma Omnia à Rouen
  • Diffusion sur France 3 Normandie lundi 28 octobre à 23 heures, précédée de celle du documentaire sur Michel Bussi et le roman populaire