Voilà un nouveau dans la série des Meilleurs de… Sébastien Bailly a sorti fin août Le Meilleur des vannes qu’il présente et dédicace samedi 13 septembre à L’Armitière à Rouen.

 

Livre Seb BaillyIl a beau répéter que le dernier sorti sera le dernier, Sébastien Bailly se laisse à chaque fois tenter par le plaisir de livrer quelques citations savoureuses ; qu’elles soient classiques, drôles ou littéraires. Tout a commencé en 2006 avec Le Meilleur des jeux de mots. « J’ai en fait écrit le livre que j’avais envie de lire et qui n’existait pas. On peut certes trouver des dictionnaires de citations mais aucune sélection n’est faite ».

 

Il y a eu ensuite la bêtise, la méchanceté, l’amour, l’humour noir, l’absurde… L’auteur a publié fin août Le Meilleur des vannes, toujours aux Mille et une nuits, avec des réflexions de Pierre Dac, Alphonse Allais, Pierre Desproges… En tout 400 vannes et « il n’y en a pas une qui ne me fasse pas rire. Un rire un peu franchouillard quand elle est au premier degré ».

 

Ce livret est l’occasion de s’interroger sur la vanne, une phrase qui part comme un boulet de canon et qui peut parfois laisser KO. « On rit parce qu’on se sent supérieur de la personne dont on rit et avec laquelle on rit ». Là, ça devient très sérieux.

 

Un autre projet

Auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont un guide sur l’auto-édition, Sébastien Bailly met en pratique quelques théories énoncées. Il a lancé un projet participatif sur la plateforme Ulule : la sortie en édition numérique d’un roman pour enfants et jeunes adolescents.

 

C’est une première pour ce journaliste et formateur qui multiplie les projets et s’essaie désormais au roman jeunesse et fantastique. « Mes trois fils n’ont jamais pu lire ce que je publiais. J’ai eu envie d’écrire pour eux ». Sébastien Bailly a imaginé Eno, La Chasse aux rastacs. C’est l’aventure d’un garçon de 11 ans. Il vient de quitter l’école et part en apprentissage. Il accompagne son père pour capturer les rastacs, ces animaux qui peuvent être dangereux. « C’est un récit d’initiation. Eno a peur de ne pas être à la hauteur. Pendant la chasse, il va découvrir des choses sur lui, sur sa famille… » Une histoire qui se déroule dans un pays imaginaire où toutes les décisions sont prises à pile ou face. Les deux premiers chapitres sont à découvrir sur Ulule.

 

  • Samedi 13 septembre à 15h30 à L’Armitière à Rouen. Entrée libre.
  • Pour participer au projet Eno, La Chasse aux rastacs : ici