The Archers ne sont pas seuls samedi 15 novembre au 3 Pièces. La Soul Potion n°10 se déguste avec Luk d’Anvers et aussi Mister Sharp, bien connu au Havre pour ses Harlem Shuffle Parties.

 

mister sharpLa culture des années 1960, il connaît. La soul de cette décennie, il en est fan. « C’est une musique que j’ai toujours aimée écouter. Je l’ai découverte à 18 ans. Elle m’a immédiatement parlé ». Depuis, Mister Sharp partage cette passion lors de soirée, dont les Harlem Shuffle Parties. « Je ne me considère pas comme un dj, ni comme un collectionneur. Le disque que j’achète pour moi est voué à être écouté et non à rester au fond d’une boîte. Un disque doit vivre. Ce que j’aime, c’est faire découvrir des artistes qui n’ont pas eu beaucoup de succès mais qui sont de véritables talents. C’est une forme de reconnaissance ». Mister Sharp se voit davantage en « passeur ».

 

Ce sont The Jam qui ont emmené Mister Sharp sur la vague soul. Plus précisément Paul Weller, le fondateur et chanteur du groupe londonien qui évoquait dans ses interviews ses références à la musique black. « Je trouvais cela étonnant qu’il écoute une autre musique. Je suis donc allé voir de ce côté. J’ai commencé par écouter Otis Redding. J’ai pris une grosse claque. Il a une voix extraordinaire, une présence folle. C’est un artiste qui m’a parlé tout de suite ».

 

Après Otis Redding, James Brown bien évidemment. Mister Sharp affine ensuite ses recherches. « Le retour du vinyle a été un bonheur quand on est dj. Internet est une boîte de Pandore. On peut trouver des rééditions. L’histoire est sans fin. Le style est tellement riche. Je me suis tourné vers le R’N’B, le blues, le jazz… »

 

C’est devenu une vraie passion pour Mister Sharp qui s’est ensuite intéressé à cette époque des sixties, à la culture des mods. Homme élégant, il sera derrière les platines lors de la Soul Potion des Archers. « J’aime bien commencer les soirées. Au début, on peut tout se permettre, faire découvrir des musiques plus calmes. Le but ensuite est de faire danser ».

 

  • Samedi 15 novembre à partir de 21 heures au 3 Pièces à Rouen. Tarif : 2 €.