“Musique en peintures” et en streaming avec Guillaume Vincent

par | 18 décembre 2020 | Concert

Avant le récital programmé le 30 janvier 2021, le pianiste Guillaume Vincent propose quelques extraits de Musique en peintures enregistré au Volcan au Havre. Au programme : Beethoven, Rachmaninov et Moussorgski.

Guillaume Vincent aime bien bousculer les codes. Surtout lorsqu’ils concernent la musique classique, « trop normée et beaucoup mystifiée ». Le pianiste virtuose préfère parler de « musique en général ». Ce qui est « assez libérateur » et permet de « ne pas avoir peur ». Artiste associé au Volcan au Havre, Guillaume Vincent sort ainsi « des sentiers battus. En tant que musicien, je n’ai pas l’habitude de bénéficier autant à l’avance d’une scène, d’avoir la possibilité de prendre plus de risque. Là, je peux m’approprier l’énergie du lieu, ne pas me mettre des limites artistiques ».

Guillaume Vincent a élaboré un répertoire Musique en peintures qu’il interprétera samedi 30 janvier 2021 au Volcan. En attendant le concert, le pianiste offre quelques extraits enregistrés et retransmis pendant les fêtes de fin d’année. Il y a tout d’abord Beethoven, un compositeur, si cher au musicien. « C’est le premier compositeur qui m’a passionné. Il m’a permis de découvrir la musique quand j’étais petit. La musique était présente dans ma famille et j’avais accès à de nombreux enregistrements. Je me suis mis à écouter les concertos pour piano interprétés par Krystian Zimerman. À 7 ans, j’ai eu ce déclic, j’ai commencé à travailler ce compositeur ». 

De Beethoven dont on fête le 250e anniversaire de sa naissance, Guillaume Vincent a choisi deux œuvres peu connues, la Polonaise, opus 89, et le Rondo a capriccio, également appelé Colère pour un sou perdu. À ces pièces, le pianiste ajoute les Études-Tableaux de Rachmaninov, des partitions célèbres écrites en 1916 et 1917, et les Tableaux d’une exposition, composés par Modeste Moussorgski en hommage au peintre et architecte, Victor Hartmann.

Infos pratiques

À lire également